Le Rugby à 7, c'est ... : Les Jeux Olympiques

Publié le 18/12/15

Pour la première fois, début août 2016 à Rio, les Jeux Olympiques accueilleront le rugby à 7. L’histoire, les dates, le lieu, la formule de la compétition, les favoris et les chances françaises : tout ce que vous devez savoir sur ces tournois olympiques.

LE RUGBY ET LES JEUX

92 ans après…
C’est une vieille histoire qui remonte à 1900 lorsque le rugby à XV faisait son apparition officielle aux Jeux de Paris, sous l’influence du père fondateur des JO, Pierre De Coubertin. Féru de rugby, ce dernier arbitra même la première finale de championnat de France à XV, en 1892, à la périphérie de Paris, sur la pelouse de Bagatelle, qui vit la victoire du Racing sur le Stade Français (4-3). Et c’est l’équipe de France, guidée par Franz Reichel, qui conquit l’or aux Jeux de Paris en 1900.
Le rugby à XV fut encore olympique en 1908, 1920 et 1924, édition d’une finale houleuse entre Français et Américains, derniers vainqueurs en titre. Il fallut donc attendre le XXIe siècle et l’opiniâtreté de Bernard Lapasset, alors président de l’IRB, pour que la famille olympique invite à nouveau le rugby, dans son format à 7.

LE LIEU

Bienvenue à Deodoro !
On jouera au stade Deodoro, à l’ouest de Rio, dans un quartier relié au centre-ville par des lignes de train. La zone hébergera neuf sites de compétition et huit sports. Le stade de rugby est érigé sur un terrain de polo et a été construit pour les Jeux Panaméricains de 2007. Il peut accueillir un peu plus de 15.000 personnes. Durant la seconde semaine, on y disputera deux des cinq épreuves du Pentathlon moderne.

LE CALENDRIER

Du 6 au 11 août
Les tournois olympiques se tiendront durant la première semaine des Jeux Olympiques. Les femmes entreront les premières en compétition, dès le lendemain de la Cérémonie d’ouverture. Les deux épreuves se dérouleront sur trois jours, du 6 au 8 août 2016 pour les femmes, du 9 au 11 août pour les hommes.
Chaque équipe jouera deux matchs par jour, le premier entre 11h et 14h, le second entre 16h et 19h (les 6 et 7 août pour les filles, les 9 et 10 août pour les garçons). Pour les journées attribuant les médailles (8 et 11 août), on jouera entre 12h30 et 15h30 (demi-finales) puis entre 17h et 20h (finales et matchs de classement). Horaires exprimés en heure locale (+ 4h, heure française)

LA FORMULE

12 équipes qualifiées, 3 poules de 4

  • Le Tournoi se déroulera sur trois jours, ce qui est rare. Les équipes joueront des matchs très espacés (environ cinq heures entre deux matchs, le double du rythme traditionnel).
  • Douze équipes sont qualifiées, comme pour tous les sports collectifs. Elles seront réparties en quatre poules de trois. 
  • Une victoire vaudra trois points, un match nul deux points et une défaite un point. Se qualifieront pour les quarts de finale, les deux premiers de chaque poule et les deux meilleurs troisièmes. 
  • Les quarts de finale donneront lieu à un tableau final où chaque équipe sera classée de un à huit selon les critères suivants, par ordre prioritaire : classement dans les poules, point en compétition, différence de points, différence d’essais, plus grand nombre de points marqués, plus grand nombre d’essais. 
  • Les deux tournois se termineront selon la formule de matchs éliminatoires, quarts de finales, demi-finales et finale, ainsi qu’un match pour la troisième place.

LES QUALIFIES

La France avec ses deux équipes
On ne connait pas encore tous les qualifiés pour ces Jeux, mais rappelons le principe de qualification, le même pour les garçons et pour les filles. Les douze places étaient attribuées ainsi : les quatre premiers du circuit mondial 2014-2015, les six vainqueurs des zones géographiques (Afrique, Amérique du Nord et du Sud, Asie, Europe, Océanie), le pays organisateur (Brésil) et un ultime qualifié issu d’un tournoi mondial réunissant les nations encore un lice pour un sésame olympique.
Les qualifiés chez les femmes (au 12/11/2015) : Australie, Canada, Royaume Uni, Nouvelle-Zélande (circuit mondial), Afrique du Sud, Colombie, Etats-Unis, France (tournoi continental) et le Brésil (pays organisateur). S’ajouteront les vainqueurs des zones Asie et Océanie, d’ici la fin de l’année et une équipe issue du tournoi organisé durant le deuxième trimestre 2016.
Les qualifiés chez les hommes : Afrique du Sud, Fidji, Royaume Uni, Nouvelle-Zélande (circuit mondial), Argentine, Etats-Unis et France (tournoi continental) et le Brésil (pays organisateur). On connaitra les qualifiés des zones Afrique, Asie et Océanie d’ici la fin de l’année, et le dernier qualifié lors du tournoi organisé durant le deuxième trimestre de 2016.

LES FAVORIS

Les Blacks partout, les Bleu(e)s en embuscade
Si l’on s’en tient à la hiérarchie mondiale, les équipes qui dominent la discipline sur les World Sevens Series sont les mieux placées pour s’imposer à Rio ou monter sur le podium.
Les favoris pour les médailles : Nouvelle-Zélande, Australie et Canada (filles), Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud et Fidji (hommes).
Outsiders : Etats-Unis, Royaume Uni, France (filles) ; Argentine, Royaume Uni, France (hommes). Les Français ont déjà atteint à plusieurs reprises le dernier carré mondial et disputé plusieurs finales, même si leur unique succès sur un tournoi des World Sevens Series date de 2005 (dans l’ancien stade Jean-Bouin, à Paris).

LES RENFORTS

Des stars du XV au rendez-vous
Certaines équipes envisagent de faire appel à des quinzistes réputés, formés à 7 et rompus à cette discipline, pour renforcer leur équipe nationale durant les Jeux. On a évoqué les noms de l’ailier néo-zélandais Julien Savéa ou de l’ouvreur australien Quade Cooper (si son équipe se qualifie). + Ajouter Sonny Bill Williams, Habana, De Allende … mais aussi Joubert en arbitre. Il faut faire un peu rêver !!
Les Français pourraient, eux aussi, appeler plusieurs joueurs de rugby à XV, ce qu’ils ont déjà fait l’été dernier, lors du championnat d’Europe remporté avec les renforts de Grosso, Martial, Ouedraogo et O’Connor, sans oublier la participation du Clermontois Buttin à la dernière Coupe du Monde à 7.

LE CAS BRITANNIQUE

Tous derrière l’Union Jack
A noter que, contrairement aux autres compétitions de rugby (à XV comme à 7), on ne distingue pas Angleterre, Ecosse ou Pays de Galles car les sportifs olympiques d’outre-manche sont réunis sous la bannière du Royaume-Uni (la Grande-Bretagne plus l’Irlande du Nord). Il en ira de même lors de ces Jeux puisque les encadrements officiels de ces équipes seront composés d’Anglais mais aussi de Gallois ou d’Ecossais. Idem pour les joueurs, avec la possibilité de renforcer les équipes d’Angleterre. Certains joueurs et joueuses écossais ou gallois vont d’ailleurs s’entraîner toute l’année avec les groupes anglais dans l’idée de composer la sélection britannique la plus compétitive possible.

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France