Retour aux sources : Wenceslas Lauret

Publié le 16/03/16

Rappelé par Guy Novès après avoir déjà fréquenté le XV de France en 2010, Wenceslas Lauret fait la fierté du canton haut-pyrénéen de Pouyastruc. Là où le mot « rugby » a pris tout son sens pour le généreux flanker d’origine réunionnaise.

Il faut aller chercher du côté de la tournée de juin 2010, partagée entre l’Afrique du Sud et l’Argentine, pour voir le 1029e international de l’histoire du XV de France entrer en action. Wenceslas Lauret n’a alors que 21 ans. Et moins de dix ans de rugby dans les veines. « Wenceslas est arrivé à l’école de rugby amené par Eric Nogues, un copain de son village d’Hourc (l’une des vingt-sept communes du canton que représente l’USC Pouyastruc, 109 habitants pour 200 hectares au dernier recensement, NDLR), alors qu’il avait 12 ans, se remémore Dominique Latapie, son premier éducateur. Il n’avait jamais touché un ballon de rugby et je crois même qu’il n’avait jamais vu un match, ni à la télé, ni au bord d’un terrain. Dès le premier entraînement, nous avons cependant constaté un potentiel athlétique au-dessus des autres. Il a ‘‘juste’’ fallu tout lui apprendre, à commencer par attraper un ballon, ce qui n’était pas gagné d’avance ! Lui faire regarder des cassettes de matchs du XV de France a été une autre étape constructive dans sa formation. » Un apprentissage à la vitesse grand V dans une structure qui, en quarante ans d’existence, a enfanté une dizaine de joueurs ayant évolué dans de grosses cylindrées de Fédérale 1, voire en Première Division comme Yannick Martin, ailier de la Section Paloise au tournant du siècle.

« Cinq ans plus vieux que tout le monde »

Témoins (ou victimes) des premiers plaquages de « Wen » sous le maillot Jaune et Noir, Romain et Benoît sourient au souvenir de ses quatre saisons passées à l’USCP avant d’intégrer le pôle Espoirs de Bayonne en cadets deuxième année. « Un an plus jeune, j’avais un peu peur de lui, raconte le premier. Il en imposait tellement physiquement qu’il faisait cinq ans plus vieux que tout le monde ! Valait mieux l’avoir dans son camp parce que ça perçait quasiment à chaque fois… » Le second, à ses côtés lors l’épopée qui a vu en 2004 les minimes de l’Entente des Coteaux (USC Pouyastruc/FC Trie-sur-Baïse) remporter le championnat de France UFOLEP, avant de déjouer les pronostics en se qualifiant pour le Top 16 du Super Challenge, se rappelle de relances lointaines lorsque cette génération dorée a basculé en cadets Alamercery. « Contre Colomiers, on était mené quand Wenceslas, qui s’était retrouvé à l’aile, était parti de nos 22 mètres pour finir entre les poteaux. Ce fut la même chose à Castres. Il avait vraiment cette capacité à nous sortir de l’impasse. »

« Son grand plaisir était de plaquer, gratter le ballon, se relever, plaquer encore et encore. On a bien tenté de le faire jouer trois-quarts aile, mais il s’ennuyait ! Et quand on est passé à un placement de zone, il a vite demandé l’autorisation de suivre le ballon partout ». Dominique Latapie, son premier éducateur.

Pourtant, ce n’est pas dans le rôle du finisseur que ses éducateurs ont vite su déceler ses prédispositions, mais bien au cœur du pack, comme troisième ligne aile. Déjà. « Son grand plaisir consistait à plaquer, gratter le ballon, se relever, plaquer encore et encore, poursuit Dominique. On a bien tenté de le faire jouer trois-quarts aile, mais on a vite abandonné car il s’ennuyait. De même, quand on a instauré un placement par zone, où il fallait qu’il reste d’un côté du terrain en attendant que le jeu revienne, il a rapidement demandé l’autorisation de suivre le ballon partout. Autorisation accordée ! En parallèle, il était très assidu, ne rechignant jamais à participer à des séances techniques individuelles, avec une grande envie d’apprendre et sans jamais dire mot. » Des entraînements durant lesquels ses éducateurs devaient même suppléer les jeunes derrière les boucliers afin qu’ils ne soient pas trop secoués…
Cette capacité à répondre présent dans l’impact rappelle celle de Serge Betsen, son idole, qu’il a suppléé au Biarritz Olympique en 2008. À l’issue de sa saison au Pôle France, en compagnie de Dumoulin, Flanquart, Slimani, Fall ou Guitoune…

Un stade à son nom… s’il devient champion du monde

À bientôt 27 ans (le 28 mars), Wenceslas Lauret a donc vu sa cote remonter en flèche dans l’arrière-pays tarbais depuis que son nom a été couché sur les listes de Guy Novès. « C’est vraiment top pour les jeunes qui se disent qu’il a joué sur le même terrain qu’eux au début de sa carrière, se réjouit Jean-Luc Estrampes, président de l’USCP. Pour qu’ils s’identifient encore un peu plus à lui, on va mettre des photos dans notre nouveau club house, ainsi que le maillot dédicacé de tout l’effectif du BO qu’il nous avait amené lors de sa visite en 2011 à l’occasion du traditionnel tournoi du 1er Mai (qui attire près de mille jeunes, venus de clubs du coin comme d’écoles de rugby de clubs professionnels). D’ailleurs, cette année, le Racing (où joue Wenceslas depuis 2013) nous envoie deux équipes … Et quand il aura gagné la Coupe du Monde, il aura droit à une tribune à son nom, voire même au stade ! »

En attendant, cet étendard bienvenu permet aujourd’hui à l’école de rugby de continuer à faire parler d’elle, en drainant plus de cent-vingt jeunes, dont une vingtaine de féminines, du canton et d’au-delà. Les parents font confiance à cette association bien structurée qui revendique « un esprit très famille, quitte à être parfois un peu trop cocooning avec les jeunes », selon le Président. « On essaie toujours de travailler avec les parents puisque, si l’enfant est bien dans sa peau, il sera bien dans son rugby et à l’école », précise Pierre Delas, responsable de l’Entente des Coteaux et membre de l’association « Coup de Pouce », qui propose du soutien scolaire, de la primaire à la terminale, et dont profitent plusieurs jeunes du club. « Parce qu’il ne faut jamais perdre le moral », conclut Louis Deluit, l’octogénaire président d’honneur qui ne manque pas un… entraînement. Une devise partagée par Wenceslas Lauret, toujours reparti au front en dépit de blessures qui ont émaillé sa première partie de carrière. Avant que la seconde ne le fasse briller jusqu’au pied des Pyrénées…

USC POUYASTRUC

Création : 1976
Contact : adresse : USC Pouyastruc, Café du Centre, 60 rue du Centre 65350 POUYASTRUC, correspondant : Jean Burgues (06.23.24.64.91), mail : usc.pouyastruc@orange.fr
Couleurs : Jaune et Noir
Niveau : Honneur
Effectifs : 125 à l’École de Rugby (7 U6, 26 U8, 30 U10, 31 U12, 31 U14),
42 cadets et 29 juniors dans l’Entente des Coteaux (avec le FC Trie-sur-Baïse), 60 seniors, 34 dirigeants EdR (dont 28 éducateurs), 37 dirigeants.

Bureau : Jean-Luc Estrampes (président) ; André Dubié et Louis Deluit (présidents d’honneur) ; Nicole Forgues (vice-présidente et commission intendance), Alain Nauel (vice-président et commission animations), Christophe Pardon (vice-président et commission sportive), Daniel Sentubery (vice-président) et Alain Teilh (vice-président et commission terrains) ; Jean-Louis Lapasset (trésorier et commission finances) ; Jean Burgues (secrétaire et commission administrative) ; Pierre Delas (responsable Entente des Coteaux USC Pouyastruc / FC Trie-sur-Baïse) ; Laurence Dupouy et Daniel Sentubery (responsables EdR).

Dirigeants : Bernard Barbe, Rémy Capdeville, Henri Caussade, Georges Chaineau, Louis Deluit, Alain Doucet, André Dubie, Ludovic Duesso , Jean Escoula, Annie Espiau, Chritian Forgues, Joël Fourcade, Félix Gabriel, Jean-Claude Gaillat, Bernard Groh, Claude Larrazabal, Pierre Mailhes, Christian Mailles, Marie-Hélène Mailles, Patrick Montaut, Alain Nauel, Marie-Pierre Nauel, Eric Pique, Joël Poli, Gilbert Portal, Jean Somolinos, Jean-Luc Soulan, Lionel Tramoy, Jean-Claude Villacampa.

Palmarès : vice champion de France UFOLEP minimes 2003, champion de France UFOLEP minimes 2004, vice champion de France juniors Phliponneau 2001, champion de France juniors Phliponneau 2002, vice champion de France Promotion Honneur 1990.

Fiches de joueurs

LAURET Wenceslas

1989Année de naissance

20 Nombre de sélections

Racing-Métro 92Dernier club

Voir la fiche complète de ce joueur

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France