Fidji : un 7 conquérant, un XV défaillant

Publié le 22/11/18

 

Le 11 août 2016 à Deodoro au Brésil, les Fidji remportent le premier tournoi olympique de l’histoire sur un score sans appel de 43-7 face à la Grande-Bretagne. Un titre venant confirmer leur talent dans la discipline. Car l’île du Pacifique a remporté trois titres sur le circuit HSBC World Rugby Sevens Series, le dernier il y a deux ans. Cependant si les Fidji réussissent au rugby à 7, ils éprouvent beaucoup plus de difficultés à exister au rugby à XV.

Un talent inné

Les joueurs fidjiens possèdent une particularité qui les rend singulier : leurs qualités individuelles. Ils sont plutôt athlétiques et extrêmement doués de leurs mains. Il n’y a qu’à regarder les joueurs îliens foulant les pelouses de notre championnat pour comprendre : Radradra, Tuisova et Nakarawa pour ne citer qu’eux. Julien Candelon, ancien joueur à XV et membre de France 7, confirme. « Lorsqu’ils sont sur un terrain ils s’amusent. C’est pour ça qu’on les voit faire des choses incroyables parce que c’est leur ADN : la volonté de faire des choses incroyables, de faire des changements d’appuis déroutants, de jeter un ballon n’importe comment. Ils le font depuis leur plus jeune âge ».

7 à la maison

Ces joueurs instinctifs, aux qualités hors du commun, se retrouvent parfaitement dans le format du rugby à 7. Ils disposent d’espace, d’un cadre moins restrictif en termes de stratégie et ainsi leurs attributs naturels sont mis en avant. Pour Julien Candelon « s’ils sont champions olympiques à 7 c’est grâce à Ben Ryan. Il leur a imposé un cadre hyper exigeant. Avant l’entraineur anglais, c’était une équipe qui était capable de choses incroyables mais avec une irrégularité permanente. » Seulement aujourd’hui, toujours selon Julien, « ils peinent à retrouver ce que Ben Ryan avait mis en place. Car le cadre était hyper restrictif. Et pour performer à XV, il faudrait qu’ils soient en mesure de mettre un cadre semblable leur permettant de tirer profit de toutes leurs qualités. »

Le XV, une urgence

Les Fidji, si performante à 7, ont du mal à réitérer les mêmes performances à XV. Celle-ci nécessite plus de stratégie avec un véritable chef d’orchestre. Et peu de Fidjiens présents dans les équipes européennes évoluent à des postes stratégiques, mis à part Ben Volavola. Julien Candelon abonde dans ce sens. « Il y a très peu de joueurs à des postes clefs qui sont au très haut niveau dans des grands championnats. Cela explique le fait qu’ils arrivent à faire des choses spectaculaires sur une échéance comme la qualification en quarts de finale de la Coupe du monde 2007 aux dépens du Pays de Galles. Mais sur la durée ils n’ont pas cette culture du cadre, de la rigueur et c’est donc difficile d’exister ». 

Finalement ils disposent de joueurs intrinsèquement pétris de talent mais pour prétendre au haut niveau mondial il est nécessaire de savoir se fondre au sein d’un collectif et de disposer de joueurs talentueux aux postes clefs. Un défaut auquel s’ajoute le peu de vécu ensemble en sélection pour préparer les échéances même si elle reste une équipe dangereuse, capable de faire des choses incroyables. 

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France