France 7 : Mazoue, tourné vers l’avenir !

Publié le 20/11/17

Il est un des piliers de l’équipe de France à 7, dans les deux sens du terme. Un des pionniers de l’aventure septiste. Réserviste aux JO, Jean-Baptiste Mazoué a avalé la déception et regarde vers l’horizon.

Être ou ne pas être un joueur de rugby à 7, telle est longtemps la question que se pose Jean-Baptiste Mazoué. L’ancien Briviste se la pose encore en juillet 2016 lorsque Frédéric Pomarel, sélectionneur des Bleus à 7, égrène les noms des heureux élus pour Rio. Mazoué n’en fait pas partie. Enfin, presque pas. « Je suis réserviste. Un gros coup dur. Je le vis très mal. Je me demande même si j’ai fait le bon choix en venant au 7. » Il va quand même à Rio, où il vit des moments inoubliables. « Une fois que tu es là-bas, c’est la magie. Tu ne peux pas être déçu. » Il y a aussi le revers de la médaille, lorsqu’il rejoint la tribune pendant que ses potes entrent sur le terrain. La veille du dernier match, Damien Cler, qui évolue au même poste que lui et qui doit disputer le dernier match de sa carrière, propose de lui laisser sa place. « Ça m’a beaucoup marqué. J’ai décliné. Si je dois fouler une pelouse olympique, je veux que ce soit par mon seul mérite. »

Jean-Baptiste Mazoué a toutes les raisons d’être déçu de son statut à Rio. Depuis 2010, il est un cadre de ce sport où il est venu, comme tant d’autres, par hasard. Après une enfance heureuse à l’école de rugby de Figeac, il intègre le Pôle Espoirs d’Ussel, puis le Centre de formation de Brive. En Corrèze, il n’est plus si loin du haut niveau, effleuré lors des séances avec l’équipe première ou d’un match de Top 14, en mai 2011.

Suite à un tournoi à Tournoi de 7 à Toulouse, une proposition tombe aussi sec. Elle émane de Marcoussis. Ça parle de projet olympique, de construire un groupe, d’une aventure qui débute. La décision est difficile à prendre, mais elle est prise. Marcoussis, Jean-Baptiste Mazoué connaît bien. International  moins 15 ans et  moins 19 ans, il passe également des tests pour intégrer le Pôle France. Refoulé. Agacé. Surmotivé.

Le discours de Frédéric Pomarel et Thierry Janeczek fait mouche. « C’était une vraie cure de jouvence, à 19 ans ! On part à Dubaï, en Afrique du Sud, des tournées de deux semaines. Je m’habitue vite à avoir une valise toujours prête. » Après six ans d’exploration, un nouveau staff arrive chez les Bleus. Et avec lui, des changements.

« On a besoin d’un nouveau discours, de nouvelles méthodes. Il y a une grosse saison qui s’annonce avec la Coupe du monde (en juillet à San Francisco) comme objectif. » Il vise également Tokyo en 2020. Paris 2024 ? Il aura 33 ans. « Faisable ! », assure-t-il.

L’aventure chaotique du 7 lui fait-elle parfois regretter une carrière à XV ? « Absolument pas. Je n’ai aucun regret d’avoir fait ce choix. C’était top au début, ça l’est toujours. Je suis content de ne pas regretter. »

Fiches de joueurs

MAZOUE Jean-Baptiste

1991Année de naissance

62 Nombre de tournois

FFRDernier club

Voir la fiche complète de ce joueur

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France