Top menu



Vous êtes ici : historique > 2013 > « Nous serons jugés sur la victoire »
  Imprimer cette page






Date de publication : 22 Novembre 2013

« Nous serons jugés sur la victoire »

Capitaine du XV de France pour la 41ème fois, Thierry DUSAUTOIR sera une nouvelle fois un des fers de lance des Bleus face à l’Afrique du Sud.

Comment vous sentez-vous physiquement ?
Thierry DUSAUTOIR : Ca va bien. J'ai eu le temps de bien récupérer cette semaine. De toute façon, l’enjeu autour du match, le fait que ce soit le dernier, et que l'on ait besoin d'une victoire, suffit au fait d’avoir beaucoup joué. Ce n'est pas la première fois que j'enchaîne trois matches internationaux, mais j’ai vraiment très envie de jouer ce match. 

En 2009, le combat avait été l’ingrédient principal de la victoire tricolore, va-t-on assister au même scenario ? 

Thierry DUSAUTOIR : C'est une équipe qui construit ses matches sur la domination de son pack et nous devrons prendre le dessus à ce niveau. Je me souviens qu’en 2009 (NDLR : victoire des Bleus 20-13), nous avions été meilleurs qu’eux en conquête, notamment en mêlée. Nous avions pris le match par le bon bout en étant très agressif sur les zones de combat. Il faudra faire la même chose mais ce n’est pas propre à l’Afrique du Sud, ce sont les ingrédients nécessaires pour une victoire internationale. 

Quelles sont les caractéristiques des joueurs sud-africains que vous côtoyez au Stade Toulousain ?
Thierry DUSAUTOIR : Je ne vais surprendre personne en disant que ce sont des joueurs puissants notamment chez les avants. Ils aiment le défi à l’image du rugby qui est pratiqué chez eux et de leur équipe nationale. 

Dans quel état d’esprit le groupe France aborde-t-il ce dernier rendez-vous automnal ? 

Thierry DUSAUTOIR : Nous avons analysé nos défaites et nous sommes souvent passés à côté à cause de détails, qui font le très haut niveau. Nous n’avons pas de doute dans notre capacité à les battre, ni dans les moyens pour rivaliser devant ou derrière. Nous avons la volonté d’être récompensé pour l'ensemble du travail que l'on fait depuis un certain temps. Gagner face à la deuxième nation mondiale, ce serait le plus beau cadeau que l'on pourrait se faire aujourd'hui. Maintenant, nous savons que nous serons jugés sur la victoire et non sur le contenu. Il ne suffit pas de bien jouer, il faut gagner ! 


Crédit photo : AFP