Top menu



Vous êtes ici : historique > 2012 > « Nous avons su créer une vraie dynamique »
  Imprimer cette page





Date de publication : 05 Novembre 2012

« Nous avons su créer une vraie dynamique »

David COURTEIX, entraîneur de l’équipe de France féminine 7, dresse le bilan du Tournoi International de rugby à 7 féminin et du début de saison de l’équipe de France avant le premier tournoi à Dubaï.
 
Quel bilan avez-vous tiré du Tournoi International de rugby à 7 féminin ? 
David COURTEIX : Le Tournoi avait trois objectifs majeurs. 

Le premier était de mener une opération de communication autour du projet olympique de la Fédération Française de rugby et plus particulièrement du rugby à 7 féminin en conviant les meilleures équipes européennes actuelles sur une compétition amicale de deux jours . Cet événement donnait l'occasion de fédérer tous les acteurs de la Fédération (partenaires, salariés et élus). Nous avons pu présenter notre projet auprès des partenaires de la FFR et nous espérons pouvoir les rencontrer à nouveau afin d’approfondir nos discussions et aller ainsi un peu plus loin encore dans les détails du projet olympique. 

Deuxièmement, nous souhaitions montrer à l'IRB, l'importance prise par le rugby à 7 à la FFR et le point auquel l’olympisme était pris au sérieux. Aujourd'hui, ils se rendent compte de l'investissement de la fédération chez les garçons lors de chaque étape de l’IRB series, nous souhaitions prouver que la dynamique touche également les filles même si la médiatisation est moindre. Douglas Langley, représentant de l'IRB en Europe pour les Féminines, a apprécié la façon dont le Tournoi s'est déroulé. 

Le troisième objectif était de pouvoir lancer véritablement notre saison à travers ce tournoi en étant capable de mobiliser 24 joueuses sur une semaine afin de pouvoir procéder à une large revue d'effectif. 

Les trois objectifs ont été atteints, cc autour de cet évènement et j'en profite pour remercier tous les acteurs de cette réussite. 

Sur le plan sportif, êtes-vous satisfait des résultats des équipes de France ?
David COURTEIX : Avant toute chose, il faut replacer le tournoi dans le contexte, c'est-à-dire un début de saison où traditionnellement, les équipes sont en plein travail physique en vue des échéances. Nous nous attendions à ce que le niveau général soit un peu moins élevé. Nos filles sont en plein championnat à 15 et en pleine préparation. Globalement, le bilan reste positif ! Nous avons pu travailler une semaine complète et nous avons pu remettre dans les têtes les principes de jeu et les grands objectifs de la saison. 

Je tiens à souligner la performance de la 2ème équipe de France où se trouvait beaucoup de jeunes joueuses avec peu d'expérience sur le 7. Elles ont su rester dans les schémas collectifs avec beaucoup de générosité et de solidarité. Paradoxalement, la première équipe était plus désordonnée même si on sentait une maitrise plus importante de l'espace. 

Au final, je sens qu'il y a un réel potentiel dans cette équipe de France. Je sais que ce sera compliqué car nous ne faisons pas partie pour le moment des favorites pour le titre de Championnes du monde. Nous devons enfiler le costume d’outsiders que nous pouvons légitimement briguer en optimisant notre préparation au gré des différentes contraintes imposées aux joueuses de l’effectif. 

Souhaitez-vous pérenniser ce Tournoi sous cette forme ou sous une autre ?
David COURTEIX : Bien entendu même si la décision ne m'appartient pas. Il y a une volonté commune de pérenniser ce rendez-vous. Il faudra quand même réfléchir sur l'organisation du Tournoi. Du fait de la présence de la télévision, nous avions volontairement raccourci les délais entre les matches, ce qui a pu nuire à la performance sportive par moment. Nous souhaitons inviter plus d'équipes afin de nous rapprocher des standards IRB et pouvoir se caler près d'un Tournoi du circuit mondial afin d'accueillir des équipes dans une forme optimale. 

A terme, pourquoi ne pas organiser une étape du circuit mondial féminin sur le sol français puisqu'il n'y a qu'un seul tournoi en Europe à Amsterdam. Dans tous les cas, nous avons montré à l'IRB notre sérieux et nos capacités dans l'organisation de tournois internationaux. Le retour des équipes étrangères nous a également confortés dans nos ambitions puisque toutes sont revenues vers nous avec des messages positifs. 

L'enjeu sera de trouver une date qui corresponde et de mobiliser peu à peu le public mais l'un ne va pas sans l'autre. Plus le spectacle sera de qualité, plus nous aurons de faciliter à mobiliser des gens. 


Crédit photo : FFR/IPicarel