Top menu



Vous êtes ici : historique > 2012 > Coupe du monde féminine 2014
  Imprimer cette page





Date de publication : 27 Janvier 2012

Coupe du monde féminine 2014

Les qualifications pour la Coupe du monde de Rugby féminin 2014 en France commenceront cette année par le tournoi féminin RBS des 6 Nations qui donnera ainsi le coup d’envoi d'un processus de qualification renforcé auquel participeront un nombre record d’équipes, a annoncé l’International Rugby Board.
 
Un processus de qualification renforcé pour refléter la croissance du Rugby féminin 

Des qualifications basées sur le succès de la Coupe du monde de Rugby féminin 2010 

La Coupe du monde de Rugby féminin continuera d’être la locomotive pour le développement du Rugby Féminin 

Après le retentissant succès du tournoi 2010 en Angleterre, qui a eu un impact significatif sur la popularité du Rugby féminin, au moins 17 nations viseront l’une des six places qualificatives pour le tournoi qui se disputera à Paris, avec 12 équipes. 

Cette annonce représente une avancée importante pour cette compétition qui était au départ un événement sur invitation et connait aujourd’hui une augmentation du nombre de nations dans son processus de qualification et des records de spectateurs et téléspectateurs.
L’édition 2010 en Angleterre, de par son haut niveau de compétitivité, a marqué les esprits des supporters au R-U et dans le monde. Le nouveau processus de qualification s’appuiera sur les principaux tournois régionaux de Rugby féminin pour s'assurer que les meilleures équipes du monde participent à cet événement phare. 

Il y a six nations automatiquement qualifiées : la Nouvelle-Zélande, championne du monde en titre ; l’Angleterre, finaliste en 2010 ; et l’Australie, la France, le pays hôte, les USA et le Canada en vertu de leur classement lors du tournoi de Londres 2010.
Les tournois de qualification auront lieu en Europe, Afrique et Asie, reflétant ainsi la croissance du Rugby féminin. 

Le tournoi féminin RBS des 6 Nations constituera la première étape de ce processus, avec, pour donner le coup d’envoi, le match Irlande – Galles, le 3 février. Le processus englobera les tournois 2012 et 2013, et les deux meilleures équipes sur les deux éditions (les classements de la France et de l’Angleterre, automatiquement qualifiées, ne compteront pas) participeront à l’édition 2014 en France. Les deux autres équipes disputeront, avec les équipes européennes suivantes et un pays qualifié d’Océanie, un tournoi de qualification à la Coupe du monde de Rugby féminin en 2013.
Reflétant la croissance significative du Rugby féminin en Afrique, ce continent accueillera pour la première fois un tournoi de qualification en 2013, par le biais de l’Elgon Cup, qui désignera la nation qui affrontera en play-off l’Afrique du Sud, qui a participé à toutes les éditions de la Coupe du monde féminine. 

« Le Rugby féminin traverse une période fantastique et la Coupe du monde de Rugby féminin, qui est l'événement phare du Rugby féminin, est la plateforme qui nous permet de développer ce sport dans le monde, après les records de spectateurs et de téléspectateurs établis à Londres il y a deux ans » a dit le président de la Rugby World Cup Limited, Bernard Lapasset. 

« Notre objectif est maintenant France 2014, et ce processus de qualification assurera la participation à Paris des meilleures équipes au monde, et nous avons fait en sorte que le plus grand nombre d’équipes possibles puissent réaliser leur rêve de participer à la Coupe du monde de rugby. » 

Ce nouveau processus de qualification souligne l'engagement de l'IRB d'accroître la participation globale et la compétitivité entre les nations conformément au Plan de l'IRB pour le Rugby féminin récemment initié. 

Susan Carty, responsable du développement du Rugby féminin de l'IRB, a déclaré : « Avec plus de 200 000 joueuses licenciées dans plus de 100 pays au monde, le processus de qualification reflète la croissance significative et soutenue que nous avons connue ces dernières années dans le Rugby féminin. » 

« Nous disposons maintenant d’une meilleure structure de tournois dans le monde qui reflète la volonté parmi les nations traditionnelles et émergeantes de participer à des compétitions de l’élite aussi avons-nous incorporé, dans la mesure du possible, ces compétitions existantes