Top menu



Vous êtes ici : historique > 2011 > « Les joueurs ont travaillé et progressé »
  Imprimer cette page





Date de publication : 02 Décembre 2011

« Les joueurs ont travaillé et progressé »

Philippe BOHER, Manager de l’équipe de France moins 18 ans revient sur le match de sélection entre les deux équipes de France scolaires qui s’est déroulé à Foix. L’occasion pour les encadrements tricolores de faire le point sur les différents potentiels avant d’aborder l’Angleterre et le Championnat d’Europe.
Quel bilan tirez-vous de la rencontre entre France A et France B ? 

Philippe BOHER : Nous avons assisté à un match qui se rapproche réellement du niveau international des moins de 18 ans. Depuis le début de la saison, j’ai supervisé deux matches « internationaux » contre des sélections italiennes, quatre rencontres de juniors Crabos et les deux premières rencontres de niveau 3 des moins de 18 ans. C’est la première fois que je vois une rencontre qui se rapproche tant du haut niveau jeune international. C’est une première satisfaction parce que les joueurs ont travaillé et progressé, notamment ceux qui sont dans les Pôles. Nous voyons les effets du suivi du joueur dans les Pôles. Nous avons eu du jeu, du rythme, de l’intensité, de la vitesse et de l’engagement. 

Quelles sont les principales satisfactions ? 

Philippe BOHER : Nous avons eu des confirmations sur des joueurs dont on avait déjà pressenti le potentiel. En dehors de trois blessés, nous avons une douzaine de joueurs qui sortent de ce match en nous offrant des certitudes sur leurs qualités. Nous allons continuer à les suivre de près et les encourager à intensifier leur travail. Ensuite, nous avons un groupe de joueurs d’un niveau assez homogène qui va être en concurrence pour accrocher le premier groupe. Ils sont convoqués dès la semaine prochaine pour jouer un match face à l’Italie (NDLR : le 10 décembre 2011 à Le Pontet – Stade Fargues, coup d’envoi : 18h00). Ce match va nous permettre d’affiner nos sélections et d’être une plateforme de travail pour la suite de notre saison. Pour terminer, nous avons un groupe de joueurs plus en retrait qui a beaucoup de travail à faire mais dans notre esprit, personne n’est éliminé. Dans notre sport, nous savons que toutes les trajectoires ne sont pas linéaires. Il peut y avoir des bas et ensuite une explosion. Nous allons communiquer avec les professeurs de Pôle Espoir pour les engager sur un travail plus précis pour rattraper ce retard momentané. Aujourd’hui, nous avons une veille et des idées très claires sur une centaine de joueurs de moins de 18 ans. 

Aviez-vous donné des consignes précises en termes de jeu ? 

Philippe BOHER : Les quatre entraîneurs (NDLR : Nicolas Zenoni, Romain Parbaille, Eric Planes et Bertrand Quiviger) ont très bien travaillé. Nous sommes rentrés de plein pied dans le projet offensif en termes de circulation, de menaces collectives en plusieurs vagues sur l’ensemble du terrain. Les joueurs ont répondu présents avec seulement deux jours de préparation. Le message est passé avec un rendu très qualitatif ! 

Quels vont être vos axes de travail après cette rencontre ? 

Philippe BOHER : Avec ces hautes intensités de match et ces rapports de pression qui sont plus élevés que ce que les joueurs ont l’habitude de vivre au quotidien, nous avons assisté à beaucoup de fautes de main et de maladresses. La technique ne suit pas ces vitesses et ces intensités dans les chocs. C’est un axe de travail sur lequel nous allons travailler pour faire progresser les joueurs et les amener vers le plus haut niveau de pratique que sont l’Angleterre et le Championnat d’Europe.