Top menu



Vous êtes ici : historique > 2010 > « Un élan positif »
  Imprimer cette page





Date de publication : 13 Juillet 2010

« Un élan positif »

Frédéric POMAREL, entraîneur de l’équipe de France à 7, revient sur la 3ème place des Tricolores lors des Championnats d’Europe et sur les perspectives pour la saison prochaine.

Quel bilan tirez-vous de ce Championnat d’Europe ?

Frédéric POMAREL : Avant la compétition, nous avions annoncé que nous voulions être sur le podium. Ce tournoi était encore plus relevé que l’an dernier et cette 3ème place est un très bon résultat. Nous avons battu les Anglaises en pratiquant un bon jeu de rugby à 7.

Aujourd’hui, l’Espagne semble se détacher …

Frédéric POMAREL : Elles ont des très bons résultats parce qu’elles travaillent ensemble depuis longtemps et qu’elles bénéficient d’une génération douée puisqu’elles sont également championnes d’Europe à 15. Depuis trois mois, elles sont rassemblées et travaillent spécifiquement sur le 7. Elles bénéficient aussi du fait de ne pas être qualifiées pour la Coupe du monde à 15 et donc elles peuvent compter sur l’ensemble de l’effectif. Ce qui n’est pas le cas de l’Angleterre ou de la France. Certaines bonnes joueuses qui auraient pu être avec nous ne sont pas là puisqu’elles sont en stage de préparation avec le 15.

C’est donc un résultat plus que positif ?

Frédéric POMAREL : C’est un résultat plus que positif parce que l’évolution du groupe est constante. Cela fait quatre fois que je travaille avec cette jeune génération. Nous avons fait quatre tournois et nous avons terminé quatre fois sur le podium. C’est très révélateur de notre niveau. Les filles progressent même si tout le monde progresse. Le niveau s’élève à chaque tournoi.

Que manque-t-il à ce groupe ?

Frédéric POMAREL : Il nous manque de l’expérience et de la maturité comme l’Espagne. Il nous manque encore une ou deux joueuses de calibre supérieur à des postes clés. Sur ce Championnat d’Europe, nous avons dû faire sans deux de nos meilleures joueuses, Camille Grassineau (problème administratif) et Pauline Biscarat (blessure).

Ce ne sont pas des manques irrémédiables puisque l’expérience vient en jouant et les absentes vont être de retour ?

Frédéric POMAREL : C’est pour cela que nous sommes très enthousiastes d’autant que nous faisons le tournoi à 9 et non à 10. Nous ne sommes pas complets une fois de plus. C’est un point très important de satisfaction comme peut l’être la force mentale de ce groupe. C’est une jeune génération très douée qui n’a pas froid aux yeux. Cela fait deux fois qu’elles battent les Anglaises (NDLR : A Saint Nazaire avec les moins de 20 ans et sur le Championnat d’Europe à 7). C’est devenu une normalité, elles n’ont peur de personne. Elles ont des valeurs mentales et des compétences techniques bien supérieures aux générations précédentes. Il ne reste plus qu’à travailler et trouver deux joueuses performantes à deux postes clés, le 3 et le 6 où nous avons encore quelques lacunes.

Quelles sont les perspectives pour la saison prochaine ?

Frédéric POMAREL : Cela lance complètement la saison 2010-2011. Le véritable coup d’envoi se fera en septembre avec le retour des filles de la Coupe du monde. Nous aurons la priorité dans la composition du groupe. A nous de bien réfléchir à ce groupe. Les bases de cette année mettent la barre très haute pour les filles qui vont revenir du 15 vers le 7. J’avais dit aux filles qu’ils faillaient s’habituer à monter sur les podiums et c’est vraiment l’état d’esprit que nous devons avoir la saison prochaine. C’est un élan positif pour le conventionnement qui commence dès septembre.