Top menu



Vous êtes ici : historique > 2010 > « Nous avons réduit l’écart »
  Imprimer cette page





Date de publication : 25 Mars 2010

« Nous avons réduit l’écart »

Christian GALONNIER, entraîneur de l’équipe de France féminine, revient sur la courte défaite des Tricolores face à l’Angleterre (10-11) et sur la qualité du travail entrepris par les joueuses tricolores depuis plus d’un an.
Quelle analyse tirez-vous de cette victoire contre l’Angleterre ?

Christian GALONNIER : Nous avons réduit l’écart avec les Anglaises sur le plan de l’organisation collective. Physiquement, nous avons encore un peu de retard sur l’explosivité et la vitesse mais dans la durée et dans l’affrontement, nous sommes au niveau puisque nous avons tenu tout le match sans trembler en passant une heure à 14. Maintenant que nous sommes à l’approche de la Coupe du monde, le groupe s’est rétréci et cela nous permet de travailler dans la continuité. Le travail physique entamé porte ses fruits et cela impacte directement l’organisation collective.

Si l’on retire le match d’ouverture face à l’Ecosse, le bilan du Tournoi est-il positif ?

Christian GALONNIER : Nous sommes toujours dans le cadre de notre projet avec l’objectif du 6 septembre 2010. Les filles se sont mises dans la perspective d’avancer match après match. A chaque fois, elles ont réussi à répondre aux attentes et aux objectifs fixés.

Etes-vous encore dans l’expectative pour le groupe qui sera retenu pour la Coupe du monde ?

Christian GALONNIER : Nous avons entre 80 et 90% des noms. Nous avons les vingt premières filles, celles qui composent notre noyau dur. Il reste six places pour potentiellement douze filles. Il faut que l’on travaille là-dessus pour voir la complémentarité des filles en cas de blessures ou la polyvalence de certaines.

Dans cette optique, les trois victoires des Féminine A et des moins de 20 ans vont vous apporter des réponses ?

Christian GALONNIER : A l’heure actuelle, nous sommes dans une dynamique positive autour du rugby féminin. Le Président Camou et les élus fédéraux autour n’y sont pas pour rien dans la mesure où ils nous ont donné les moyens avec la mise en place de la filière haut niveau jeune. On s’aperçoit que des filles vont être candidates à la Coupe d’Europe et dans une moindre mesure à l’équipe de France. France A pousse les filles vers le haut en enchaînant de bonnes performances. Ca oblige l’ensemble de notre groupe à élever son niveau de jeu pour être concurrentiel.

Quel est la suite du programme ?

Christian GALONNIER : Les clubs ont bien voulu jouer le coup avec l’équipe nationale dans la configuration de la préparation de la Coupe du monde. Maintenant, les filles vont retourner dans les clubs avec un programme de travail individuel jusqu’aux phases finales. Les filles qui ne seront pas qualifiées partiront en Coupe d’Europe de manière à les avoir le plus longtemps possible en compétition. Nous retrouverons tout le monde pour des tests physiques au début du mois de juin. Après, nous entrerons dans la préparation classique de la Coupe du monde avec les stages du mois de juillet.



Crédit photo : FFR/IPicarel