Top menu



Vous êtes ici : historique > 2010 > « L’antichambre de l’équipe de France »
  Imprimer cette page





Date de publication : 06 Janvier 2010

« L’antichambre de l’équipe de France »

Eric PLANES, entraîneur de l’équipe de France féminine A, dévoile les objectifs et la place de cette formation dans le cadre du développement de la politique du rugby féminin

Quel bilan tirez-vous de ce premier stage de l’année ?

Eric PLANES : C’était un stage très intéressant ! Physiquement, les filles ont désormais des certitudes. Elles se sont vraiment investies par rapport à l’objectif Coupe du monde. Nous avons désormais une continuité dans la préparation entre les stages. Cela se traduit par des faits concrets notamment en termes de masse graisseuse ou d’acquisition de masse musculaire. C’est une grosse satisfaction. Sur le terrain, nous avons constaté une réelle volonté de s’approprier le projet de jeu France féminin. Les joueuses sont revenues avec des repères. Nous avons pu avancer dans la construction de notre jeu aussi bien en France qu’en France A.

Quels sont les objectifs de France A en 2010 ?

Eric PLANES : Ils sont multiples ! Premièrement, en cette période de Coupe du monde, il permet de maintenir en éveil un groupe d’une trentaine de joueuses susceptibles de pouvoir participer à cet évènement. Deuxièmement, France A doit permettre de détecter les nouveaux potentiels et leur permettre de jouer à un plus haut niveau et pourquoi pas de faire éclore une ou deux joueuses capables d’apporter une plus-value à l’équipe de France. Troisièmement, nous voulons construire un groupe capable de répondre aux exigences du niveau international puisque nous allons disputer la Coupe d’Europe. Cette compétition aura une connotation particulière puisque le groupe sera composé sans les joueuses participant aux demi-finales du Championnat de France.

Quelle est la place de France A dans la pyramide des équipes de France féminine ?

Eric PLANES : Aujourd’hui, dans le cadre du développement de la politique du rugby féminin, France A est l’antichambre de l’équipe de France. Mais demain, dans le développement de la filière, il faudra que l’équipe de France des moins de 20 ans soit un vivier pour alimenter France A qui elle-même sera le réservoir du XV de France. Nous devons créer ce niveau supplémentaire qui permettra aux filles de pouvoir côtoyer le haut niveau jeune. Aujourd’hui, nous tenons un peu le double rôle en faisant découvrir le haut niveau à des joueuses et en alimentant le niveau au dessus. Il est préférable de découvrir le niveau international avant. Le but est d’arriver à la même structure que celles des garçons.