Top menu



Vous êtes ici : historique > 2010 > France à 7
  Imprimer cette page





Date de publication : 14 Janvier 2010

France à 7

C’est un groupe France élargi qui s’est retrouvé au CNR du 11 au 13 Janvier, en vue de préparer les deux prochaines étapes du circuit mondial de rugby à 7 en Nouvelle-Zélande et aux USA.
Le groupe : P. Albaladéjo, G. Germain, C. Canivet, S Falconetti, R Souquet, M. Besson, T. Iribaren, R. Delmas, Y. Ruel, H. Dupont, M. Viallet, Y. Durquet, S. Ben Letaieff, N. Kraska, J. Malzieu. 

Encadrement : T. Janeczek, J-P. Doutreloux, B. Etchecopar
 

C’était l’occasion pour les joueurs de revenir dans le bain du 7, jeu à la fois si proche et si différent du XV. Revenus bredouilles de la première tournée en décembre dernier, les jeunes tricolores ont réalisé un stage très intensif. 

Lundi après-midi, l’entraînement a principalement été orienté vers le travail de passe et de reprise de repères dans la circulation du ballon et dans le positionnement /repositionnement des joueurs sur le terrain. Ambiance blanche au CNR, où Thierry Janeczek a utilisé le stabilisé couvert du CNR, fabuleux outil mis à disposition de l’équipe, car les autres terrains étaient recouverts de 10 cm de neige … 

Mardi, Thierry et Jean-Paul Doutreloux ont prévu une grosse journée énergétique. Au programme musculation et exercices de lutte pour commencer, car l’analyse des matchs a montré que beaucoup trop de ballons ont été perdus sur les phases de combat. C’est donc des situations précises de gain et de lutte pour protéger et conserver le ballon qui ont été proposées. Cela demande un positionnement très technique des appuis, du bassin, du dos et des bras. 



La seconde partie de l’entraînement s’est déroulée sur le stabilisé couvert (pour les mêmes raisons d’enneigement que la veille), avec mise en place de la « bascule », exercice qui sert de fil rouge dans l’organisation offensive, mais aussi de situation repère pour le ciblage défensif.
L’après-midi, poursuite du travail de la bascule, avec mise en place de situations à effectif réduit pour affiner les attitudes au « contest ». 

La fin d’entraînement s’est déroulée sur le stabilisé extérieur enneigé, par une séance « physique » qui a fait couler beaucoup d’encre, vu le nombre de commentaires qui ont circulé sur facebook le soir même. Préparateur physique en tête, tout le petit monde a réalisé une séquence énergétique digne de ce nom à base de travail en 15’’-15’’. Pour les connaisseurs, quelques détails : 8 x 100. 1 min de repos, puis 8 allers-retours sur 10m. 1 min de repos. 8 x 100 m. 2 minutes de repos. 8 allers-retours sur 10 m. 2 minutes de repos. 10 x 100 m. Le 7 nécessite pour chaque joueur « une capacité très développée à renouveler des efforts intenses avec récupération incomplète » précise Thierry Janeczek. « Il faut à tout prix augmenter l’endurance de vitesse et savoir se faire mal pour dépasser ses limites » ont martelé Thierry et Jean-Paul. 

Mercredi matin, programme identique de musculation et de lutte en salle. Puis poursuite du travail d’organisation défensive et de circulation du ballon pour terminer le stage. 

En guise de clôture, le coach a remercié les joueurs pour leur investissement : « Beaucoup de bonnes choses ont été vues durant le stage. Neuf d’entre vous partiront en Nouvelle-Zélande. Ceux qui ne partent pas ne sont pas laissés de côté. Nous jugeons qu’ils ne sont pas prêts pour l’instant. Par contre, s’ils se donnent les moyens de dépasser leurs capacités physiques et techniques, afin de s’élever au niveau des autres, ils ont toutes les chances de raccrocher le wagon. Les joueurs sélectionnés, dont la liste sera diffusée par la FFR ce soir, ne doivent pas s’endormir sur leurs lauriers. La sélection n’est pas une fin en soit, ce n’est que le début ! Il faut bosser encore et s’investir individuellement pour s’élever au niveau des autres nations. La semaine prochaine, vous aurez droit au même traitement de faveur, avec la même séance physique, et la même intensité ».