Top menu



Vous êtes ici : historique > 2010 > « Donner le maximum »
  Imprimer cette page





Date de publication : 04 Février 2010

« Donner le maximum »

Avec seulement quelques jours d’entraînement, les amateurs tricolores vont défier l’Ecosse. Un challenge compliqué comme nous l’explique Olivier MAGNE, entraîneur de l’équipe de France fédérale.
Comment s’est déroulée cette semaine d’entraînements ? 

Olivier MAGNE : Nous avons 14 nouveaux joueurs, il faut laisser passer l’appréhension et la timidité pour ceux qui découvrent ce haut niveau. Nous sommes vite entrés dans le vif du sujet parce que nous avons très peu de temps pour nous préparer. Je suis satisfait du comportement, nous avons vraiment affaire à de vrais professionnels dans les attitudes. Ils sont concentrés et réceptifs à chacune de nos demandes. C’est vraiment très plaisant de travailler avec eux. 

L’Ecosse est-elle l’adversaire idéal pour démarrer une compétition ? 

Olivier MAGNE : Il n’y a jamais d’adversaire idéal. J’appréhende énormément ce match contre l’Ecosse. L’an passé, ils nous ont posés beaucoup de problèmes à Rouen avec un énorme volume de jeu. Je pense que ce sera similaire cette année sachant qu’ils voudront prendre leur revanche puisqu’ils auraient très bien pu gagner. Nous attendons beaucoup des joueurs notamment dans la maîtrise du match pour ne pas partir dans un rugby que nous ne pourrions pas maîtriser. 

Quelles sont les forces de cette équipe écossaise ? 

Olivier MAGNE : C’est la copie conforme de l’équipe nationale. Ils proposent beaucoup de volume de jeu. Ce n’est pas toujours très ordonné mais face à une défense adversaire peu agressive, ils arrivent à se passer le ballon dans la défense. C’est un peu similaire à ce que peuvent faire les Blacks avec moins d’intensité physique. Il faut être vigilant et très présent sur les phases de ruck, de contact et sur les duels pour pouvoir les contrer. 

Est-ce que le jeu dans l’axe peut-être une solution ? 

Olivier MAGNE : C’est une solution mais pas la seule et surtout pas celle qui fait gagner un match. Ils ont les défauts de leurs qualités. En déplaçant beaucoup le ballon, ils ont du déchet dans le jeu et nous aurons des opportunités sur des ballons de récupération que nous devrons absolument saisir. Nous ne pouvons pas nous contenter de croire que nous gagnerons un match uniquement avec notre mêlée, notre conquête et notre impact physique. 

D’autant que les paramètres climatiques peuvent influencer le jeu … 

Olivier MAGNE : Pour des joueurs qui ne connaissent pas l’Ecosse, ça peut surprendre. Un stade au milieu de la campagne, un vestiaire minuscule, du vent et de la pluie, … Il y a tout un contexte perturbant à prendre en compte mais il faudra rester focalisé sur ce que nous avons envie de faire. Nous allons demander aux joueurs de donner le maximum, de prendre du plaisir et de faire preuve d’enthousiasme dans le combat. Nous serons intransigeants sur ces aspects. Après, nous serons tolérants sur les initiatives et sur la capacité à produire beaucoup de volume de jeu. C’est difficile de tout mettre en place en deux jours. 


Crédit photo : FFR/IPicarel