Top menu



Vous êtes ici : historique > 2009 > « Une grande fierté »
  Imprimer cette page





Date de publication : 12 Mars 2009

« Une grande fierté »

Bruno ROLLAND, capitaine de l’équipe de France Fédérale et joueur de l’Etoile Sportive Catalane, nous parle de l’honneur de porter le maillot de l’équipe de France pour un joueur amateur.

Que représente l'équipe de France pour un joueur de Fédérale 1 ?

Bruno ROLLAND (capitaine de l’équipe de France Fédérale) : C’est toujours une grande fierté de porter le maillot de l’équipe de France. C’est un signe fort que la Fédération nous envoie en nous mettant sur le même pied que le XV de France. Nous faisons partie de ce club France voulu par la FFR. Nous avons vraiment envie de bien faire parce que c’est une belle récompense pour nous, joueurs de Fédérale, de pouvoir représenter notre pays.

Vous restez sur un beau succès face aux Ecossais. CELA risque-t-il d’être différent face aux Anglais ?

Bruno ROLLAND : Nous restons sur une belle victoire face aux Ecossais, un succès long à arracher parce que nous sommes tombés sur une grosse équipe écossaise. Les statistiques et l’analyse vidéo ont montré que nous avons joué un match de très haut niveau. Nous avons gagné de peu mais nous avons gagné quand même. Nous attendons les Anglais sur un jeu très direct et sur un gros défi physique. Personnellement, j’ai déjà joué deux fois contre eux. L’an dernier, à Saint Paul lès Dax, où nous faisons match nul alors que nous méritons de gagner puisque que nous prenons un essai dans les dernières minutes. Nous avions rivalisé dans l’intensité et sur le plan physique. Au contraire de 2007, nous avions explosé chez eux en prenant 50 points. Nous connaissons leurs points forts mais aussi leurs points faibles. C’est un rouleau compresseur physique mais lorsque l’on arrive à perturber la machine, si on les perturbe sur la conquête et dans la défense, on peut faire quelque chose.

Quelle est la réalité d’un joueur amateur pour se libérer afin de pouvoir jouer en équipe de France ?

Bruno ROLLAND : J’ai la chance d’avoir un employeur plutôt conciliant qui me permet de venir sans prendre forcément sur mes congés. Pour les autres, certains posent des congés ou des congés sans solde. Franchement, nous ne rechignons pas à ces sacrifices. C’est tellement grand de pouvoir jouer pour le maillot français que nous sommes prêts à quelques concessions. Même s’il fallait payer pour venir, nous signerions sans hésiter.