Top menu



Vous êtes ici : historique > 2009 > « Une aventure enrichissante »
  Imprimer cette page





Date de publication : 13 Mars 2009

« Une aventure enrichissante »

Olivier MAGNE, entraîneur de l’équipe de France fédérale, revient sur les circonstances de son arrivée dans l’encadrement de l’équipe de France Fédérale et sur le potentiel de cette équipe qui défiera l’Angleterre, dimanche à Twickenham.
Qui vous a sollicité pour entraîner l’équipe de France Fédérale ?

Olivier MAGNE : C’est le Président Pierre CAMOU qui m’a demandé si j’étais intéressé pour entraîner l’équipe de France fédérale et France A. Forcément, j’ai accepté cette proposition parce qu’elle me permet d’être au contact d’autres entraîneurs de la Fédération que ce soit du plus haut niveau ou des autres catégories. Cela permet d’avoir un échange et toujours un pied dans le milieu du rugby. J’ai toujours vécu l’équipe de France en tant que joueur et cela me permet de voir un autre fonctionnement. C’est très enrichissant !

Est-ce que c’était une évidence de devenir entraîneur ?

Olivier MAGNE : Non ce n’était pas une évidence. Je ne pensais pas le devenir aussi rapidement. Cela c’est fait sans que j’aie eu envie de le faire. A Brive l’an dernier, après deux matches, on m’a sollicité pour le faire sans savoir réellement ce qui m’attendais. J’avais une idée bien précise de ce que je voulais voir sur un terrain. Ca me passionne d’être au contact du terrain et de préparer un groupe pour le voir évoluer.

Est-ce que le terrain ne vous manque pas ?

Olivier MAGNE : Non, j’ai réussi à faire la transition rapidement. J’avais fait ce que j’avais à faire même si j’aurais aimé le petit coup de pouce qui m’aurait permis de terminer comme j’aurais voulu le faire en ayant quelques sélections de plus à travers une grande compétition (sic) … C’est comme ça, on ne choisit pas forcément sa sortie et je suis très content de ce que j’ai vécu dans ma carrière.

Avez-vous été surpris par le niveau de jeu de l’équipe de France fédérale ?

Olivier MAGNE : J’ai été surpris sur plan collectif par la capacité à ce que les joueurs trouvent des repères aussi facilement dans la construction offensive ou défensive. Ils ont su très bien intégrer certains principes qui ne sont pas simples à appréhender en si peu de temps. Après, il est bien évident que cela va moins vite et avec moins de précision que les professionnels. Cependant, certains joueurs ont certainement le niveau pour évoluer à des niveaux supérieurs.

L’Angleterre se profile, est-ce que l’équipe de France fédérale possède les armes physiques ?

Olivier MAGNE : A l’image des équipes nationales, nous essayons de suivre un peu le même schéma de jeu. Nous devons mettre beaucoup de volume de jeu dans nos moments forts avec beaucoup d’intensité. Il est évident que si nous laissons le ballon aux Anglais, ils ont cette capacité à conserver la balle, à imposer des temps de jeu avec un défi physique fort. Nous allons essayer de les contrer sur les phases de conquête pour ensuite pouvoir les perturber avec nos qualités.