Top menu



Vous êtes ici : historique > 2009 > « Un bassin expérimental pour l’équipe de France »
  Imprimer cette page





Date de publication : 04 Mars 2009

« Un bassin expérimental pour l’équipe de France »

Eric PLANES, Entraîneur de l’équipe de France féminine A, revient sur les deux victoires des tricolores face aux Ecossaises et à la Hollande et sur le rôle de France A.
Quel bilan tirez-vous des deux larges victoires face à l’Ecosse et la Hollande ? 

Eric PLANES (Entraîneur de l’équipe de France) : Il faut saluer l’investissement des joueuses lors de ces deux rencontres. L’investissement dans la préparation de la rencontre et dans le match lui-même. Même si les victoires sont importantes, il faut les relativiser par rapport au niveau de nos adversaires. Les Ecossaises effectuaient leur première sortie au niveau international et elles ne maitrisaient pas toutes les problématiques du très haut niveau. Les Hollandaises étaient amputées de nombreuses joueuses de l’équipe à 7 mises à disposition pour la Coupe du monde. 

Tout de même, en deux matches, vous ne prenez aucun point et vous marquez 18 essais … 

Eric PLANES : Au-delà de l’aspect offensif, il faut noter que nous n’avons pris aucun essai. Il y a une volonté d’être organisé en attaque et en défense pour pouvoir s’investir dans toutes les dominantes du jeu. La principale satisfaction vient du fait que nous sommes vraiment devenus un bassin expérimental de recrutement pour l’équipe de France. Nous avons pu voir quelques joueuses et les mesurer au niveau international. En deux rencontres, dix joueuses ont connu une première sélection. Des filles ont confirmé tout le bien que nous en pensions et elles sont vraiment très proches du niveau supérieur. Demain, elles pourront postuler sans aucun problème pour le XV de France féminin. 

Le réservoir de joueuses est-il plus important ? 

Eric PLANES : Nous devons avant tout cette richesse du potentiel féminin à la prise de conscience des clubs. Aujourd’hui, si les équipes de France à 15 et à 7 peuvent s’appuyer sur un réservoir d’une cinquantaine de joueuses, nous le devons au travail fourni dans les clubs. Les joueuses ont vraiment progressé en technique individuelle. Dans la pyramide de développement du rugby féminin, notamment chez les cadettes, la multiplication des clubs a une incidence sur le plus haut niveau. Chez les cadettes, il y a une volonté de la Fédération de mettre en place une compétition qui permettra d’identifier les potentiels. Immanquablement, ce travail de fond ressurgit sur les équipes de France et nous ne pouvons que le saluer. 

Quelles sont les prochaines échéances ? 

Eric PLANES : Nous allons affronter l’Angleterre avec une opposition qui sera certainement d’un autre niveau. Ensuite, nous jouerons l’Espagne sur la Côte Basque. Nos deux derniers matches serviront vraiment de révélateur et nous permettront de juger des progrès de nos joueuses. C’est une belle chance de pouvoir étalonner les filles face à l’une des meilleures nations du monde.