Top menu



Vous êtes ici : historique > 2009 > France féminine
  Imprimer cette page





Date de publication : 30 Septembre 2009

France féminine

L’encadrement tricolore a réuni 36 joueuses au CNR pour une série de tests physiques. L’occasion de faire le point à l’entame d’une saison cruciale avec en point d’orgue la Coupe du monde.
Pourquoi avez-vous organisé ces tests physiques ? 

Christian GALONNIER (Entraîneur de l’équipe de France féminine) : Nous voulions voir l’état physique des joueuses pour mettre en place un programme de préparation individualisée en vue de la Coupe du monde. C’est une première pour l’équipe de France féminine, d’une part parce que l’année dernière, nous n’avions pas de préparateur physique officiel et d’autre part, parce que nous sommes arrivés en cours de saison. Nous avons démarré en avril avec une préparation physique général en mettant l’accent sur le développement aérobie. 

Quels étaient les grands axes de ces tests ? 

Julien DELOIRE (Préparateur Physique des Equipes de France) : Globalement la démarche est la même entre les garçons et les filles. Pour jouer au plus haut niveau, il faut être capable de répéter des tâches avec le maximum de puissance sur la durée d’un match. Nous avons orienté ces tests pour mesurer la puissance maximale, l’explosivité, la vitesse, la capacité de transfert des efforts et tout ce qui concerne la réactivité et l’agilité. 

Dans quel état d’esprit étaient les joueuses ? 

Christian GALONNIER : Elles ont été très appliquées et très conscientes du pourquoi de ces tests en sachant que nous n’étions pas dans une logique de sanction mais d’évaluation pour les aider à postuler pour la Coupe du monde. 

Quelles sont les premières tendances ? 

Christian GALONNIER : Nous avons constaté une perte de poids pour un grand nombre de joueuses. Cette perte de poids est liée au pourcentage de masse grasse, ce qui est extrêmement positif. Les performances terrain ont été positives par rapport au mois d’avril en sachant que certaines filles sont en état de fatigue. 

Concrètement, comment vont se passer ces préparations ? 

Christian GALONNIER : Nous voulons améliorer les points faibles et pour cela nous allons nous appuyer sur les préparateurs physiques de clubs. Nous avons besoin d’eux, d’autant qu’ils côtoient les joueuses au quotidien. Nous allons envoyer l’ensemble des programmes de préparation dans les semaines à venir pour que les filles commencent le plus tôt possible en accord avec leur club. Nous voulons une montée en puissance sur toute la saison pour arriver à la Coupe du monde 2010 dans les meilleures conditions possibles. 

Julien DELOIRE : Grâce à ces batteries de tests, nous allons pouvoir identifier quels sont les domaines à développer et nous pourrons fournir aux filles des programmes individualisés. Nous allons travailler en collaboration avec les préparateurs physiques de clubs afin que les internationales puissent suivre ce programme. 


Crédit photo : FFR/IPicarel