Top menu



Vous êtes ici : historique > 2009 > France à 7
  Imprimer cette page





Date de publication : 30 Novembre 2009

France à 7

Le groupe France dispute à Dubaï la première manche du circuit mondial IRB avant de rallier George en Afrique du Sud. Découvrez de l'intérieur, le journal de bord de l'équipe de France à 7.
Mis à part le retour cette année de Paul Albaladejo et de Yohann Durquet, les dix autres joueurs sélectionnés, n’ont pas idée de ce qui les attend dès le 3 décembre 2009 aux Emirats. En effet, ce sera la première fois de leur vie que ces joueurs, qui évoluent pour la plupart en espoir (et jouent le dimanche après-midi devant un parterre fourni d’une cinquantaine de spectateurs), vont évoluer devant 50 000 spectateurs anglo-saxons, chambreurs et moqueurs. Cela va leur faire drôle, mais on se fait vite à ce type de pression, surtout si l’on joue bien à 7. 

Le stage s’est déroulé dans le froid durant tout le week-end. L’accueil a été chaleureux, mais dés vendredi soir, vide total ! Pas de journalistes bien sûr… et « no man’s land » au CNR, pour cause d’évènement majeur à Marseille, le lendemain. Match que les petits bleus ont suivis dans la salle de vie du CNR … avec le résultat que l’on connaît. 

Ces péripéties passées, les joueurs ont fait du bon boulot. Ils sentent que dans quelques jours, l’adversaire va être coriace. En effet, débuter dans le circuit mondial par les Blacks, puis les Pumas et enfin les ogres Portugais … ce n’est pas tous les jours. Pour autant, Thierry Janeczek et son staff se sont creusés la cervelle pour concocter des contenus cohérents vis-à-vis des capacités actuelles des joueurs. Le point d’orgue a été le match d’entraînement face aux Espoirs du stade-français qui se sont gentiment prêtés au jeu et ont proposé une opposition de grande qualité. Merci à eux, et à leur encadrement car les Bleus ont cruellement besoin de jouer ensemble. Pour l’heure, on peut considérer que leur marge de progression collective est énorme. La sélection France est une sélection en devenir. Il va falloir du temps et de la sueur pour progresser. C’est donc un pari sur l’avenir qui est tenté actuellement, avec beaucoup d’espoir de voir naître les futures stars du 7, et du XV, mais surtout dans l’immédiat, un groupe France consistant ! 

La veille du départ, la matinée a été occupée par une séance de musculation (circuit lourd-léger) et l’après-midi, l’équipe a été invitée à assister à plusieurs courses de chevaux à Auteuil. Départ à 13h30, pour un retour programmé à 18h00 pour assurer la fin des soins. 

Lundi matin, les bleus ont bouclé leurs bagages et sont partis à 11h00 pour Charles De Gaulle, décollage à 14h30, pour une arrivée au milieu de la nuit à Dubaï (heure locale, 21h00 en France). 

Au programme à l’arrivée, repos, puis match d’entraînement face aux Gallois à 10h00 (7h00 en France). Le lendemain, une autre opposition est prévue face à une sélection française, venue participer à l’un des onze tournois parallèles organisés pour l’occasion par le Dubaï Exiles Rugby Club. 




Les Bleus et les Bleues sont bien arrivés à Dubaï dans la nuit de lundi à mardi, après 6h30 de vol sans aucun souci … sauf l’absence des valises de Roger Fite, absentes du tapis roulant à l’arrivée, car prises par mégarde par un autre passager : il faut dire qu’elles étaient identiques. Ce matin à 6h30, l’impétrant s’était rendu compte de son forfait, et au pays où le larcin est puni lourdement, point de problème, … la valise était livrée à l’hôtel. 

Après une courte nuit, puisque retardés par ce problème de bagage, l’équipe n’a pu fermer les yeux que vers 3h00 pour un lever à 8h00 et un départ à l’entraînement à 9h45. L’entraînement a été laborieux, il a fallu réveiller tout ce petit monde et retrouver des repères, sous un soleil de plomb, la sécheresse du désert et plus de 30 degrés. On ne rentrera pas dans les détails, car les joueurs ont cruellement besoin de joueur ensemble. L’opposition programmée contre les Gallois ayant été annulée, nous avons fini l’entraînement face à une sélection du Béarn, venue sur place pour participer à l’un des 11 tournois parallèles au circuit IRB. Heureusement que l’opposition était faible, car les faiblesses des Bleus l’étaient aussi. 

De retour à l’hôtel, piscine et bain de glace pour accélérer la récupération. Déjeuner, sieste et soins l’après-midi. 

Nous avons pu croiser nos adversaires de poule … Que ce soit l’effectif des Blacks, des Argentins, ou encore des Portugais, c’est statu-quo. Une ou deux nouvelles têtes par groupe, pas plus. Nous allons donc affronter des équipes très expérimentées, stables depuis plus de 3 ans, et donc supérieures à nous sur le papier. Supérieures à nous également question gabarit, car d’une saison à l’autre les joueurs prennent une dimension musculaire démesurée. A la piscine, nous sommes restés très impressionnés par la musculature des Portugais, qui ont du soulever beaucoup de fonte pendant l’été pour en arriver là ! 

Mercredi 02 décembre à Dubaï

Un très bon match d’entraînement

Le programme des Bleus a été modifié dans la journée d’hier. Vu la nécessité de donner du temps de jeu et donc de l’expérience à sa jeune équipe, Thierry Janeczek et son staff ont accepté l’invitation des Kenyans pour un match d’entraînement au Dubaï collège à 11h00 locales.

Une bonne et dernière occasion pour les Bleus de s’immerger dans le tournoi, qui débute officiellement vendredi. Quatre quart-temps de sept minutes en jeu total était prévu et ont été réalisés. Après un premier quart temps médiocre, où les Bleus ont subi l’organisation, l’engagement et l’expérience d’une des cinq meilleures équipes du monde, les Français ont relevé la tête, oublié leurs complexes et se sont « enfin » mis dans le bain. La suite est beaucoup plus prometteuse que le début, pour finir par une égalité au nombre d’essais marqués au bout de 4 x 7 minutes de jeu.

C’est de bon augure pour la suite, Paul Albaladejo et Pierre Cabot (le capitaine) ont montré l’exemple, et les autres ont suivi. Il ne faut toutefois pas faire de triomphalisme, dans la mesure où si le match s’était terminé au bout de 2 temps de jeu, les Kényans auraient gagné logiquement par 4 essais à 2. Cependant, le fil de l’opposition montre le potentiel français. Ce match d’entraînement a permis de mettre en place, à certain moment la construction de jeu nécessaire pour bien jouer à 7. 

Cet après-midi, repos pour les joueurs, puis soins. Ce soir, c’est la traditionnelle « player’s party » (la soirée de promotion du tournoi), il faut donc ne pas perdre ses forces et s’éparpiller, car quoi qu’il en soit, vendredi en milieu de journée, il faudra être à 150% de ses possibilités pour espérer battre les Argentins lors du premier match de la journée.


 

Jeudi 3 Décembre : Dernier entraînement

Les Bleus ont réalisé leur dernier entraînement avant le tournoi qui débute demain. Derniers réglages dans le positionnement en attaque, comme en défense. D'une durée d'une heure, à un rythme soutenu, les Français ont débuté par des gammes de passes, en insistant sur trois points : trajectoire de course à la prise de balle, qualité de la passe et replacement. Ensuite, ils ont réalisé une série de lancements de jeu, avec enchaînements transmission-fixation et rappel des rôles de chacun sur chacune de ces phases de jeu.

Pour Roger Fite « ce groupe est homogène. Nous allons travailler dans la continuité avec le groupe constitué depuis 2 mois maintenant. Nous manquons d'expérience, mais si nous arrivons à bien débuter la compétition et accrocher les Argentins, cela va décider de la qualité de la tournée ». Aucun pépin physique à déplorer pour l'instant. Mickael Noel et Bernard Zabotto sont aux petits soins avec les joueurs, qui sont « frais ».

Les matchs d'entraînement et les oppositions entre nous sont une chose. La vérité tombera demain en milieu de journée. « L'engagement des joueurs n'est jamais totale dans ces situations. Nos joueurs se transforment à l'approche de la compétition. Ils ont besoin de jouer et d'être confrontés à la réalité des matchs » raconte Thierry Janeczek, le coach des Bleus. 

L'ambiance est bonne, les joueurs ont envie de bien faire. La parole leur sera donnée demain. Au programme cet après-midi : repos, soins et séance vidéo. Puis veillée d'armes.

Allez les bleus !




Vendredi 4 décembre : premier journée de tournoi. 

08h00 du matin : Rendez-vous pour le petit-déjeuner des bleus. Depuis l’arrivée à notre hôtel, tous les repas se passent dehors. La vue est magnifique, puisque située au 5eme étage, la situation panoramique nous permet d’admirer les grattes ciels de l’Emirat, le Burg Dubaï en tête, qui cumule à plus de 800m de hauteur. Camille Canivet arrive le premier ce matin, non qu’il soit gourmand, mais c’est le seul à l’heure pile au rendez-vous ; suivi de Nicolas Kraska et de Renaud Delmas. Le reste de la troupe arrive groupé. Les visages sont fermés ce matin … mais les joueurs ont bien dormi dans l’ensemble. 

Une fois le repas terminé, retour dans les chambres pour les derniers préparatifs et pour faire les straps dans la chambre de « Mike » (Kiné).
Départ pour le stade à 9h00. Trente minutes de bus, les mots sont rares. Nous passons devant de nouveaux quartiers (des villes vu le nombre de bâtiments), construits il y a quelques mois, en plein désert. L’entrée du futur Universal Studio…. Puis quelques minutes plus tard, arrivée au « Sevens », le stade permanent édifié l’an dernier pour accueillir le mondial de rugby à 7. 

Il est 9h45, installation dans le vestiaire qui nous est affecté, un petit tour sur le terrain. L’équipe a rendez-vous à 10h00 pour débuter la préparation du premier match. 

Que la fête commence ! 

A 11h10, les deux équipes entrent dans l’arène. Les Argentins récupèrent le ballon sur le coup d’envoi. Après plusieurs turn-over, l’arbitre siffle un en avant en faveur des Français. Puis, les Bleus sont pénalisés pour mauvaise introduction. En réalité, les Argentins ont bien triché. Ce ballon est utilisé rapidement permettant aux Pumas de marquer le premier essai. Sur le coup d’envoi les Bleus récupèrent le ballon et répondent aux Pumas. 5-5 à la mi-temps. A la reprise, les tricolores sont à nouveau dominés sur deux mêlées, avec autant d’essais à la clé. Le premier ballon touché par les Français en seconde mi-temps est à 28 secondes de la fin. Ballon converti en essai. A la fin du match Argentine 22 – France 12. Les joueurs ont beaucoup à apprendre, mais il faut passer par ce type de défaite pour progresser. 

« Nous perdons sur des détails, mais pour régler ces détails, il faut plusieurs tournois dans la besace. Nous manquons de roublardise et d’expérience. Le prochain match va être très difficile ». 


Vendredi 04 décembre au Sevens (Dubaï), Argentine bat France 22-12 (mi-temps : 5-5)

France : 2 essais Besson (7), Delmas (14), 1 transformation Besson (14)

Argentine : 4 essais Olivari (1, 14), Nunez Lasalle (10), Bruzzone (12), 1 transformation Taboada (12)

FRANCE : Kraska, Sinzelle, Albaladejo, Besson, Cabot, Ben Letaief, Malzieu
Entrés en jeu : Delmas (10), Durquet (10), Vaysse (14),

ARGENTINE : Piccaluga, Nunez Lasalle, Olivari, Todeschini, Bruzzone, Fradua, Caceres
Entrés en jeu : Taboada (10), Bottini (13), Baud (14) 

Le second match se joue à 14h24 face aux Néo-Zélandais. L’entame est bonne mais sur le premier ruck, en supériorité numérique, les Blacks récupèrent le ballon et marquent. Ils vont marquer 3 essais d’affilée, sans combat de notre part, en faisant deux passes millimétrées. Et cela leur suffit pour mener rapidement 19 à 0. Au bout de trois minutes, les Bleus se réveillent enfin et opposent une très belle résistance à leurs adversaires, qui deviennent méchants et sont auteurs de plusieurs gestes pénalisables (coup de genoux dans les rucks, placages hauts répétés,…), « alors qu’ils n’ont pas besoin de cela pour gagner » précise Thierry Janeczek. 

Le match est très beau et engagé. Il se termine par un score logique de 33-10 avec 2 beaux essais de Durquet et de Malzieu, non transformés.

Vendredi 04 décembre au Sevens (Dubaï), Nouvelle Zélande bat France 33-10 (mi-temps : 19-5)

France : 2 essais Durquet (5), Malzieu (16)

Nouvelle Zélande : 5 essais Tokula (2, 12), Lawrence (3), Stowers (6, 8), 4 transformations Cama (2, 3, 8, 12)

FRANCE : Germain, Durquet, Delmas, Vaysse, Canivet, Albaladejo, Cabot
Entrés en jeu : Malzieu (11), Sinzelle (11), Kraska (11) 

NOUVELLE ZELANDE : Lawrence, Stowers, Tokula, Cama, Raikabula, Forbes, Grant
Entrés en jeu : Auva'a (11), Baker (11), Popoalii (12) 

A 17h16, le troisième et dernier match des Bleus face au Portugal (finaliste des derniers jeux mondiaux face aux Fiji, après une victoire probante sur l’Afrique su Sud en août dernier). Les Portugais sont favoris : leur groupe fonctionne depuis 2003 … 6 ans d’expérience collective ! 

Durant ce dernier match de la journée, les Bleus arrivent à enchaîner, mais manquent de précision. Précision dans les passes (2 à l’adversaire), dans le positionnement au soutien (autour des rucks), et sur mêlée, où comme lors du premier match, ils subissent l’expérience et le vice des Portugais qui ont réussi à nous pourrir toutes nos introductions. Pourtant, les jeunes Français sont à deux doigts d’égaliser 19-19 à une minute de la fin de la rencontre, mais ils se font surprendre sur leur dernière action. Le bilan n’est pas glorieux, défaite 24-14, alors qu’à 4 reprises les Français étaient en position pour marquer. Le dernier crochet stérile ou bien la dernière passe qui n’arrive pas… 

La France termine 4eme de sa poule, comme sa position initiale au lancement du tournoi. C’est le dur apprentissage du jeu de haut-niveau à 7, où chaque imprécision se paye cash. Cela donne toute la mesure du travail à réaliser pour espérer exister à ce jeu. Cela donne au staff technique des Bleus les grands axes de travail pour son futur proche.

Vendredi 04 décembre 2009 au Sevens (Dubaï), Portugal bat France 24-14 (mi-temps : 7-7)

France : 2 essais Besson (7), Ben Letaief (11), 2 transformations Albaladejo (7, 11)

Portugal : 4 essais Magalhaes (6), Oliveira (8, 16), Foro (9), 2 transformations Miranda (6), Serra (9)

FRANCE : Durquet, Kraska, Sinzelle, Albaladejo, Besson, Cabot, Ben Letaief
Entrés en jeu : Canivet (11), Malzieu (14)

PORTUGAL : Da Cunha, Dias, Foro, Serra, Miranda, Magalhaes, Oliveira
Entrés en jeu : Tavares (12), Valente (14) 



La France affrontera demain matin à 10h00 la Russie, vainqueur des USA lors de son dernier match de poule. 

Par ailleurs, aucune surprise notable durant ce premier jour de tournoi : Nouvelle-Zélande, Kenya, argentine, Australie, Samoa, Fidji, Afrique du Sud et Angleterre sont qualifiés pour disputer la Cup demain. 

Samedi 5 Décembre

Les matchs de 1 /4 Bowl opposent Ecosse et Galles, Portugal et USA, France et Russie, Sélection du Golfe et Zimbabwe. 

Les Gallois et les gagnent leur place en ½ de Bowl. Zimbabwe suit. Quant aux Bleus, ils se qualifient à la dernière seconde 22-21 face à une redoutable équipe de Russie, et à l’issue d’une remontée extraordinaire. Qui aurait parié sur les Français, alors qu’à 4 minutes du gong, ils étaient menés 5-21. C’était sans compter sur la volonté de nos joueurs à ne rien lâcher, même dans cette situation désespérée. Cela ne doit pas occulter les problèmes de défense, dans laquelle les Russes sont passés à trois reprises, en transformant. Les Bleus eux, passent 4 fois, pour une seule transformation, mais celle de la victoire. 

La fausse note de cette victoire est la citation de Paul Albaladéjo, pour un stamping sur son homologue qui voulait ralentir notre dernier lancement de jeu (sur lequel Besson marque, et « Bala » transforme…). A l’issue de l’audition devant le juge appointé par l’IRB, il écope de 4 matchs de suspension, alors que les Russes en seconde mi-temps, aux abois ne faisaient que preuve d’antijeu… 

Pour tout dire, cela faisait deux pénalités contre eux que les Russes envoyaient le ballon loin (pénalisé par un carton jaune en temps normal ). Mais là, rien ! Paul a simplement cherché à récupérer le ballon rapidement pour le joueur, mais son homologue à voulu mettre un coup de pied dedans et les deux jambes se sont heurtées. Cinéma du Russe….et on sait le reste. 

Samedi 05 décembre au Sevens (Dubaï), France bat Russie 22-21 (mi-temps : 5-14) 

France : 4 essais Delmas (3), Germain (11), Ben Letaief (14), Besson (17), 1 transformation Albaladejo (17) 

Russie : 3 essais Artemyev (1, 9), Shugay (4), 2 transformations Sleptsov (1, 4, 9) 

FRANCE : Durquet, Delmas, Canivet, Sinzelle, Albaladejo, Cabot, Ben Letaief
Entrés en jeu : Besson, Germain, Kraska 

RUSSIE : Bondarev, Sleptsov, Shugay, Artemyev, Perov, Gostyuzhev, Goroshilov
Entrés en jeu : Galinovskiy, Gresev, Klyutchnikov

Les Bleus rencontrent le Zimbabwe en ½ de bowl à 13h22. Que dire de cette défaite ? Les problèmes d’entame de match et de pression défensive resurgissent. Nous avons joué deux ballons dans le match, pour deux essais en fin de mouvement. Le reste du temps, nous avons regardé, ou bien subi ! Deux ballons joués, soit par inefficacité dans le « contest », soit par maladresse. Les Bleus sont passés à côté de leur match. 

Le rugby à 7 est un sport de vitesse, de combat et de précision / lucidité pour lequel, plusieurs fois dans la journée il faut hisser ses ressources au maximum pendant 14 minutes, pour redescendre et renouveler l’opération trois fois dans la journée. C’est un sport à haute motivation et de remise en question permanente. C’est de ce recul et de l’expérience de ces montagnes russes que nous allons apprendre à appréhender dés le prochain tournoi la semaine prochaine. 

Samedi 05 décembre au Sevens (Dubaï), Zimbabwe bat France 27-14 (mi-temps : 17-7) 

France : 2 essais Durquet (6), Malzieu (13), 2 transformations Sinzelle (6, 13) 

Zimbabwe : 5 essais Leitao (2), Sibanda (3), Hondo (7), Nechironga (9), Chipendu (11), 1 transformation Nemadire (3) 

FRANCE : Germain, Durquet, Vaysse, Kraska, Sinzelle, Besson, Malzieu
Entrés en jeu : Delmas, Ben Letaief 

ZIMBAWBE : Mbanje, Nemadire, Sibanda, Hondo, Leitao, Chipendu
Entrés en jeu : Ndangana, Ndlovu, Mitchell

Mis à part les Anglais et leurs pros, l’Europe reste à la traine de ce jeu.
Angleterre : 3ème
Galles : 9ème
France : 11ème
Russie : 13ème
Portugal : 14ème
Ecosse : 15ème 

Cela ne peut que s’améliorer pour les Bleus, qui, généralement réalisent un meilleur second tournoi en début de saison.
A George, dés vendredi prochain, ils seront confrontés en poule avec le Kénya, l’Afrique du sud et … le Zimbabwe. Trois pays africains face à la France dans cette poule, une autre occasion de se confronter à ce qui se fait de mieux dans le petit monde du Sevens en ce moment. 

Dimanche 6 Décembre 

Jour de transfert pour toutes les équipes sauf la Nouvelle-Zélande. Départ à 7h00 de l’hôtel, pour une arrivée 23h à celui « miteux » de George où bizarrement cinq équipes sont affectées, dont la France. Les 11 autres étant logées dans un palace. Quels critères pour une telle répartition ? Le classement en fin de saison l’an dernier ? Sûrement. Donc si les Bleus veulent être mieux logés l’an prochain, ils doivent, selon les règles sud-africaines, terminer à une meilleure place durant les séries en cours ! 

Lundi 7 Décembre 

Le ciel est gris sur George en ce lundi matin. Les Bleus ont deux entraînements aujourd’hui. Un décrassage ce matin, et un match d’entraînement face aux Argentins à 15h00.

 Retrouvez les résultats du Tournoi de Dubaï


GROUPE FRANCE
 


ALBALADEJO Paul (Dax)
BEN LETAIEF Samy (Montauban)
BESSON Mathieu (Brive)
CABOT Pierre (Stade toulousain)
CANIVET Camille (La Rochelle)
DELMAS Renaud (Périgueux)
DURQUET Yohann (Mont de Marsan)
GERMAIN Gaëtan (Bourgoin)
KRASKA Nicolas (Racing Métro)
MALZIEU Jérémie (Clermont Auvergne)
SINZELLE Jérémy (Toulon)
VAYSSE Nicolas (Stade toulousain)

ENCADREMENT

FITE Roger (Manager)
JANECZEK Thierry (Entraîneur)
DOUTRELOUX Jean-Paul (Entraîneur)
NOEL Mickaël (Kinésithérapeute)
ZABOTTO Bernard (Médecin)