#Bienjoué : Le passage en force

Publié le 15/01/19

Chaque mois, nous décortiquons l’une des mesures de « Rugby #BienJoué » pour bien en saisir l’impact sur le rugby de demain. Deuxième épisode : le passage en force.

Des douze mesures du programme lancé mi-septembre, le passage en force figure en première position. C’est dire l’importance accordée à cette règle innovante sur un terrain de rugby, mais depuis longtemps pratiquée au handball et au basket. Dans ces deux disciplines, elle contraint à la quête d’espaces et au jeu d’évitement. C’est exactement le but de la manœuvre engagée par la FFR, comme le toucher deux secondes ou les formes de jeu à effectifs réduits. Et la sécurité des joueurs s’en trouve fortement renforcée.

Moins de commotions, plus de jeu aéré, un ballon vivant, l’esprit de cette règle reflète à merveille les préoccupations fédérales sur le jeu de demain. « Du programme Rugby#BienJoué, c’estsans doute la mesure la plus réformatrice », tranche Dominique Coquelet, président de la Ligue Pays de la Loire, une des deux zones test avec l’Occitanie de cette petite révolution dans les écoles de rugby.

Petit rappel de ladite règle par Didier Retière, Directeur technique national : « Un joueur porteur du ballon ne peut paspercuter volontairement un adversairearrêté. Tous les mots ont leur importance.Si le défenseur n’est pas complètementarrêté – un pas chassé peut suffire –, ilest considéré en mouvement et il n’y a paspassage en force. » Le DTN note aussi une autre particularité de la mesure : « Il n’est fait aucune référence au gabaritdu joueur, à la vitesse ou l’intensité ducontact. Un petit joueur peut tout aussibien être sanctionné d’un passage enforce. Et la règle ne s’applique pas qu’aujeu courant. Sur une mêlée ou même surun pick and go, il peut y avoir passageen force si le défenseur bouge. »  Un coup franc sera alors sifflé sans possibilité de prendre une mêlée.

Réservée aux écoles de rugby (avec un test réalisé avec les sélections nationales U16 et U17 en compétitions interpoules), cette règle a aussi pour ambition d’en finir avec les pénibles rushs en solitaire de joueurs dominants qui jouent aux quilles avec leurs frêles adversaires. « Ce joueur doit désormais entrer dansune démarche de coopération, comprendreles situations de jeu, apprendre àfaire des passes, à faire jouer derrière lui.Ça demande aussi un peu de patience ànos éducateurs. Leur travail aujourd’huin’est pas de gagner des tournois, maisde faire progresser l’ensemble de leursjoueurs », rappelle Didier Retière.

L’un des Conseillers techniques de club qui appliquent déjà la règle, Axel Poulain, en constate les vertus en quelques semaines : « Ce n’est pas une nouvelle règle,c’est une adaptation au temps, à l’espace ;l’enfant réfléchit. Je trouve ça très intéressant. » Il doit maintenant faire passer le message… en douceur.

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France