CHAPITRE 8 - LA PROPRIÉTÉ DES INFRASTRUCTURES 87

Les infrastructures sportives

 Au cours des 20 dernières années, le XV de France a écrit les pages de gloire de son histoire dans plu- sieurs enceintes devenues mythiques dans lesquelles les acteurs ont acquis leur gloire et les spectateurs ont vibré aux exploits de nos joueurs.  Colombes - Stade Yves du Manoir jusqu’en 1971  Le Parc des Princes à Paris de 1972 à 1997  Le Stade de France à Saint Denis depuis 1998

 Les conditions juridiques d’utilisation de ces équi- pements sportifs de dimension internationale étaient, toutes choses étant égales par ailleurs, sensiblement équivalentes. En effet, si le stade Yves du Manoir est depuis toujours la propriété d’un club omnisport, le Racing Club de France, il n’en était pas moins mis à la disposition de la FFR dans le cadre d’un contrat de location, comme les deux autres enceintes, elles-mêmes propriétés de la ville de Paris pour ce qui concerne le Parc des Princes et de l‘État s’agissant du Stade de France.

 Certes les modalités et les conditions de ces actes ne peuvent se comparer mais le point commun reste que la FFR n’a jamais disposé de sa propre enceinte de jeu.

 En termes d’équipements sportifs, la construction du site de Marcoussis fut une décision qui pèse et pèsera encore longtemps sur les activités sportives puis administratives de la FFR. Construit en 2002, sa valeur patrimoniale inscrite au bilan de la Fédération s’élève à environ 36M€ après amortissements. Le coût d’entretien et d’exploitation annuel est d’en- viron 5,1 M€. Il provient de la sous-traitance de cer- taines activités telles que la restauration, l’hôtellerie,

la maintenance du site, l’entretien des installations et des espaces sportifs.

 Les comités territoriaux quant à eux se trouvent, à quelques exceptions près, dans la même situation patrimoniale que la Fédération en matière d‘en- ceintes sportives. Certains disposent d’aires de jeu dans le cadre d’un contrat avec les collectivités locales. Certains peuvent être propriétaires d’aires de jeu pour les jeunes ou les sélections mais aucune ne détient la propriété d’un stade.

 Quant aux terrains synthétiques, ils se développent depuis quelques années grâce aux fruits de la Coupe du Monde 2007 dont une partie - environ 5M€ - a fait l’objet d’une affectation par la Fédéra- tion aux développements de ces équipements. Ces subventions n’avaient pas pour objet d’aider les clubs à acquérir des terrains mais uniquement à équiper ces derniers de terrains permettant la pra- tique du jeu par tout temps.

 En termes d’équipements sportifs et au 30 juin 2012, la FFR n’est donc propriétaire que des installa- tions de Marcoussis.

Les autres infrastructures

 Les sièges sociaux de la FFR et des comités ont suivi une évolution significative depuis une vingtaine d’années. La FFR est devenue propriétaire de ses bureaux de la Cité d’Antin en 1985. Puis, en1995, est acquis l’immeuble de la rue de Liège. C’est en 2008 qu’est prise la décision de déménager le siège de la Fédération sur le site de Marcoussis pour regrouper les activités sportives et administratives.

Commentaires

PROJET DE GRAND STADE DU SITE D’EVRY CENTRE ESSONNE / RIS-ORANGIS (SOURCES : WWW.LERUGBYADELAVENIR.FR)

Livre Blanc - p61 à la fin_Livre Blanc - p 63 à la fin 14/06/12 18:56 Page87