CHAPITRE 5 - POURSUIVRE LE DÉVELOPPEMENT DU RUGBY FÉMININ 57

La compétitivité du XV de France féminin

 Le Rugby Français a su rester de manière constante au plus haut niveau européen en matière de résultats sportifs (3 grands chelems en 2002, 2004 et 2005). Néanmoins, la France n’a jamais réussi à se hisser au dessus de la 3ème place en Coupe du Monde. Enfin, on constate une certaine régression sur les dernières années avec une absence de titre obtenu depuis 2005.

 Une augmentation des matchs internationaux a eu lieu en 2011/12, avec la mise en place des tour- nées, ce qui induit une demande de disponibilités plus importante des joueuses.  On note l’émergence d’une toute nouvelle visibi- lité de l’équipe de France féminine avec la retrans- mission télévisée d’un match en 2011/12 (France- Angleterre du Tournoi des 6 Nations sur France 4).

La filière de Formation

 Pendant la dernière olympiade, la pratique fémi- nine a connu la mise en place et une optimisation croissante de la filière de haut-niveau : les Centres Elites U20F, le stage national U18F et le travail dans les Sections Sportives Universitaires témoignent de cette optimisation. Les Pôles Espoirs continuent de se structurer, on dénombre 4 pôles en 2011/12.

 Les Centres Elites ont apporté une réelle plus-value à la compétitivité des équipes de France.

11 joueuses issues des centres élites ont intégré l’équipe de France à XV et 9 celle à 7.

Le développement, les compétitions et les clubs

 L’accroissement du nombre de licenciées fémi- nines est important. Le rugby ne cesse d’attirer le public féminin. La FFR dénombre à l’heure actuelle près de 12 000 licenciées. C’est presque 3 fois plus qu’en 2004 à la même époque, et 1 700 de plus sur les 12 derniers mois écoulés soit +16%.

 Le public est de plus en plus jeune : Le nombre de licenciées moins de 18 ans est aujourd’hui équiva- lent à celui des licenciées séniors. La base prend forme.

 On note aussi, logiquement, une augmentation de licenciées dans les clubs concernés par les obli- gations sportives mises en place en 2010-2011 (Elite 1 et Elite 2).

 Parallèlement, les clubs se structurent les uns après les autres sur tout le territoire, même s’il reste un cer- tain nombre de zones avec une pratique nettement moins développée.

 Les clubs d’élite se concentrent dans deux zones : une au nord (Lille, Gennevilliers, Bobigny, Caen, Rennes), l’autre au Sud (Saint-Orens, USA Pollestres, Montpellier, Sassenage). Le centre de la France apparaît sous représenté à ce niveau.

 De manière générale, la géographie hexagonale du Rugby féminin français entraîne une charge financière importante pour nombre de clubs (les frais de déplacements représentent 60% du budget).

Commentaires

Livre Blanc - p1 à 60_Livre Blanc - p1 à 60 14/06/12 18:54 Page57