CHAPITRE 1 - COMPÉTITIVITÉ DU XV DE FRANCE 13

 Comment assurer une plus grande compétitivité du XV de France pour lui permettre, enfin, de décrocher le titre mondial ?  Le système d’organisation du Rugby Français est un modèle minoritaire dans la structure du rugby professionnel mondial. Culturellement, les rugby fran- çais et anglais sont organisés autour des clubs, d’une part, et des équipes nationales, d’autre part, alors que toutes les autres grandes nations sont organisées avant tout autour de l’équipe nationale. Une évolution de notre modèle est-elle envisa- geable, ou comment le rendre compatible avec l’objectif légitime de compétitivité de notre équipe nationale ?  Comment harmoniser et accorder les intérêts spor- tifs du XV de France et ceux des clubs ? Comment, notamment, assurer la cohérence et la lisibilité du calendrier global des compétitions ? Les doublons sont-ils réellement nuisibles ?  Mise à disposition des internationaux : dans notre modèle d’organisation, les joueurs internationaux sont sous contrat avec un club, lequel met le joueur sélectionné à la disposition de la FFR pendant une période limitée. Pendant cette période, le joueur concerné est sous contrat avec la FFR. Dans l’intérêt de toutes les parties en présence, ce dispositif est-il le plus adapté ? Les dispositions conventionnelles, notamment la convention FFR/LNR et la charte des internationaux, doivent-elles évoluer ?

 Quelle doit être l’articulation entre l’activité du joueur en club et celle du joueur en Equipe de France ?  Comment prendre en compte tout à la fois les difficultés liées à la préservation de la santé des joueurs et à leur performance ?  Le rugby a comme particularité que les exigences physiques qu’il suppose ne permettent pas une pé- riodicité des rencontres aussi rapprochées que dans d’autres sports. Cette seule contrainte est un des facteurs qui limite l’organisation générale du calen- drier des compétitions. Comment appréhender et dépasser cette problématique ?  Comment assurer la formation et l’acquisition de l’expérience du plus haut niveau par des joueurs sélectionnables à tous les postes ?  Quel doit être le rôle des Coupes d’Europe dans la préparation des joueurs internationaux au plus haut niveau ?  L’organisation et le contenu des formations tech- nique, tactique, physique, dispensées à l’ensemble de nos licenciés sont-ils satisfaisants ?  L’implantation et le public des Pôles Espoirs, d’une part, et des centres de formation des clubs profes- sionnels, d’autre part, peuvent sembler concurren- tiels. En outre, leur situation géographique est très largement prédominante au sud de la France. Cela doit-il évoluer au regard des objectifs et de l’évolution générale du développement du Rugby Français ?

Les enjeux et les problématiques

1.Les périodes des tournées :  Tournée de juin : 3 week-ends

(2ème, 3ème et 4ème week-end) sauf l’année de la Coupe du Monde.

 Tournée de novembre : 3 week-ends (2ème, 3ème et 4ème week-end) sauf l’année de la Coupe du Monde.

2. Les périodes de libération :  Hémisphère nord : 5 semaines sur

les 7 semaines comprises entre le 1er week-end de février et le 3ème week-end de mars.

 Hémisphère sud : 5 semaines sur les 9 semaines comprises entre le 1er juillet et le 31 août.

3. La période complémentaire pour les 4 nations (Afrique du Sud, Argentine, Australie, Nouvelle Zélande) :

 6 semaines sur les 8 semaines comprises entre le 3ème week-end d’août et le 1er week-end d’octobre.

RÈGLE 9 DE L’IRB : Principales dispositions concernant la mise à disposition des internationaux (SOURCES : IRB)

Grands principes Une fédération doit disposer du droit à la disponibilité d'un joueur en vue des sélections en équipe nationale, y compris pour les périodes de préparation. Toute association ou club est obligé de libérer un joueur pour la Fédération pour laquelle il est éligible lorsque cette dernière le sélectionne. Le nombre de semaines maximum de libération est de 11 semaines pour les fédérations de l’hémisphère nord et 12 semaines pour les fédérations de l’hémisphère sud. Les joueurs doivent être mis à disposition de la Fédération au moins 5 jours entiers avant la date du match. Cette période est de 35 jours en ce qui concerne la préparation de la Coupe du Monde. A ces dispositions s’ajoute la possibilité d’organiser 3 stages de 3 jours en dehors des périodes mentionnées ci-dessous.

Livre Blanc - p1 à 60_Livre Blanc - p1 à 60 14/06/12 18:53 Page13