Paris Sevens : Totalement Crazy

Publié le 11/06/18

Le spectacle était au rendez-vous à la fois sur et en dehors du terrain.

A Jean Bouin, les essais se sont empilés lors des trois journées du tournoi devant des spectateurs sous le charme. Pour la première fois en configuration mixte, le HSBC Paris 7s a répondu à toutes les attentes. Entre multiples animations dans le village et dans le stade, entrainement sous les yeux du public et déguisements, véritable marque de fabrique du 7, la fête a été réussie. Les organisateurs avaient aussi prévu des dance cam et des kiss cam pendant les pauses entre les matches, rendant l’ambiance du tournoi toujours un peu plus crazy. Ce n’est pas tout puisqu’un crazy challenge a été également aménagé. Son principe : le supporter doit battre des super-héros après avoir réceptionné une touche et tenter un drop. Sans oublier que pour les supporters possédant des talents cachés un karaoké rendant hommage à Johnny Hallyday a eu lieu tout le week-end.

Nouveauté de cette année, les entraînements des équipes se sont déroulés sur le parvis devant le stade. Les spectateurs ont ainsi pu assister aux échauffements des équipes au plus près des joueuses et ceux pour la première de l’histoire du Paris 7s. Mais le plus important : Paris était complètement crazy et cela a duré trois jours.

Une proximité vraiment crazy

Pour la première fois sur le circuit, la zone déchauffement des équipes se situe dans le village supporter. Et ce nest pas pour déplaire aux acteurs comme aux spectateurs.

« Cest impressionnant, ça vend du rêve ». Annabelle, supportrice française et habituée du lieu, résume parfaitement le sentiment ambiant. Pouvoir assister aux « warm up » (échauffement) d’avant match des équipes de si près est quelque chose d’unique sur le circuit. Encore que, à Dubaï et Cape Town, les équipes s’entrainent derrière les poteaux mais la visibilité des spectateurs est bien plus réduite qu’à Paris. Et cette nouvelle initiative des organisateurs ne cesse de ravir les supporters à l’image d’Elodie, également présente l’année dernière, « cest impressionnant de les voir de si près, cela narrive jamais habituellement. Cest quelque chose dénorme ».

Si les Français semblent être sous le charme, ce phénomène dépasse l’hexagone puisque Helen, maman d’une joueuse irlandaise est aussi ravie « jamais vous ne verrez ça chez nous (en Irlande), les joueurs sentrainent à lécart, loin des yeux de leurs supporters, du coup cest bien de casser les protocoles (sourire) ». Cette nouveauté 2018 enchante à la fois les supporters mais également les acteurs du tournoi comme Nick Wakley, coach de l’équipe nationale féminine du Pays de Galles « cest fantastique, beaucoup de nos filles (les joueuses galloises) ont moins de 22 ans donc cest une idée géniale. Ainsi elles acceptent volontiers la pression et se jettent dessus. De ce fait cest une très belle initiative ».

C’est donc une réussite totale à mettre au crédit des organisateurs du Paris 7s.

La fête au village

La fête était au rendez-vous de lédition 2018 du Paris Sevens ! Petits et grands ont pu profiter de nombreuses animations dans le village et dans le stade pour passer un moment convivial et divertissant.

Une ambiance complètement crazy ! Le village animations a été pris d’assaut dès le début de la journée ! Vous êtes plutôt sucré ou salé ? Churros, crêpes, frites… Les foodtrucks ont régalé les papilles des supporters entre les matchs. Mais avant de prendre place dans les tribunes : ne pas oublier de passer au stand de maquillage pour soutenir son équipe favorite ! « Le rugby à 7, cest une fête ! » s’enthousiasment Marion et Eric, habitués du Paris Sevens. « On aime bien le village : on peut y passer un moment plus détendu et voir les joueurs et joueuses tout en mangeant. »

Il y avait de quoi amuser petits et grands ! Le mur digital d’Orange a attiré les foules avec un challenge toujours plus élevé de jour en jour : battre le meilleur score établi pour gagner un t-shirt dédicacé par l’équipe de France 7 Féminines. Les plus jeunes ont tenté de transformé l’essai au Mini-Drop : pas si facile que ça au premier abord !

Les plus excentriques n’ont pas hésité à se prendre en photo devant le mur DHL déguisés ou en slips et à faire un tour à la boutique Budgy Smuggler tandis que les plus habiles se sont testés au rugby fléchettes ! Une ambiance conviviale qui rappelle celle du tournoi au Cap pour Herrmann, fervent supporter des Springboks venu pour la première fois à Paris pour les trois jours de tournoi : « Lambiance est géniale ! Je me suis même fait un ami français ! » C’est ça le Paris Sevens : une convivialité qui dépassent les frontières des nations !

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France