Congrès Médical

Publié le 03/11/14

Deux journées de conférences de haute tenue au casino de Biarritz ont mis en relief la qualité du travail effectué depuis des années autour du comité médical de la FFR et du pôle scientifique.

 Pour avoir retenu un cadre somptueux et ménagé des conférences d'une haute tenue et d'une rare densité tout au long des deux journées, le congrès médical de la FFR, troisième du genre, a joué le grand jeu au casino de Biarritz. Depuis le précédent, il y a cinq ans à Toulouse, l'actualité médicale et chirurgicale a fait couler tellement d'encre qu'il était grand temps d'informer et de faire le point sur les divers travaux effectués par et pour le rugby français. Un ouvrage, intitulé « Pathologies du rugbyman » a d'ailleurs été édité qui servira de support aux comités territoriaux.

L'épais dossier sur la commotion cérébrale, désormais installée au premier rang des préoccupations puisqu'elle fait désormais l'objet d'une formation obligatoire (1), était incontournable au menu du congrès biarrot. De même, du fait de l'actualisation de la classification en 2012, la mise du rachis à l'ordre du jour s'imposait-elle automatiquement, ainsi que le dossier nouveau « Rugby et santé » ; également le choix de la rupture du croisé antérieur et de la luxation de l'épaule comme mets principaux de la session traumatologie. Nous ne manquerons pas de développer, dans nos prochains numéros, les évolutions les plus notables soulignées par le congrès de Biarritz.

La présence du président Camou témoignait d'un investissement fédéral, dans tous les sens du terme puisque la FFR consacre 1,5% de son budget au fonctionnement médical, en rapport avec la priorité donnée à la santé des pratiquants : « Je ne souhaite pas léguer à mes successeurs les conséquences dramatiques, humaines et financières, de l'imprévoyance, a rappelé le leader fédéral. C'est pourquoi nous n'avons pas hésité, quitte à déplaire, à renoncer à certaines pratiques ». Dans son allocution, Jean-Claude Peyrin a tenu à remercier également Serge Blanco « qui permit la structure médicale du rugby professionnel ».

Jean-Claude Peyrin, Jean-Philippe Hager et toute l'organisation ne se seront pas multiplié en vain durant une année de préparatifs. L'option d'un référent étranger par session a conféré à ce congrès, comme à celui de Lyon il y a dix ans, un caractère international qui a forcément renforcé son crédit. L'Américain de Boston Robert Cantu, sommité de la neurochirurgie, a non seulement été impressionné par l'organisation territoriale de la médecine du rugby français mais il a également convenu qu'elle occupait une position prééminente dans le monde pour ses réalisations sur le rachis cervical : le travail effectué depuis quinze ans par le pôle scientifique ne pouvait être mieux valorisé.

Au moment du départ, le président du comité médical FFR-LNR n'exprimait qu'un seul regret : celui d'avoir réduit de deux jours et demi à deux jours la durée du congrès, au détriment des échanges avec la salle. L'organisation du prochain tiendra compte de cette remarque mais il est encore bien trop tôt pour l'évoquer. Jean-Claude Peyrin et Jean-Philippe Hager rêvent seulement d'un gigantesque congrès médical qui inaugurerait le Grand Stade de la FFR…
Congrès digest

  • Casino de Biarritz, les 23 et 24 octobre.
  • Inscrits : 230
  • Présidents d'honneur : Pierre Camou, Paul Goze et Serge Blanco.
  • Organisation : Jean-Claude Peyrin (partie administrative), Jean-Philippe Hager (partie scientifique), comité scientifique (Pierre Bernard, Xavier Bigard, Yohann Bohu, Philippe Decq et Julien Piscione) et comité d'organisation (Pierre Balirac, Philippe Cauhapé, Bernard Dusfour, Jean-François Hittos, Max Lafargue, Jacques Manic et Jean-Louis Rebeyrolles).
  • Invités d'honneur : professeur Robert Cantu (université de Boston, pour le syndrome du deuxième impact et le rachis cervical ; Mark Harrington (chef des services techniques de l'IRB, pour la présentation du protocole IRB pour la commotion) ; Tim Gabbett (Australie, pour la session physiologie) ; Kate Webster (université de Melbourne, pour la rupture du ligament croisé antérieur et la reprise du sport après blessure).

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France