Teddy Thomas : Chasseur d'essais

Publié le 12/11/14

Teddy Thomas a signé des débuts explosifs sur la scène internationale. Le Basque, expatrié en région parisienne, a su bonifier un talent fou.

 Et un, et deux et trois essais ! Trois réalisations de pur ailier, soixante-six mètres parcourus, deux franchissements, deux défenseurs battus et une passe après contact : à seulement vingt et un printemps, Teddy Thomas vient d'entrer sur la scène internationale par la très grande porte. Les spectateurs du stade Vélodrome de Marseille n'oublieront pas de sitôt sa première cape.

Lui non plus d'ailleurs. « C'était encore mieux que dans mes rêves d'enfant. Je n'aurais jamais osé imaginer marquer trois essais pour ma première. »

Le Racingman, attaquant créatif, puissant, racé, insaisissable, a repris à son compte la devise phocéenne : « Droit à l'en-but ». Aucun Français n'avait réalisé une telle performance depuis 1987 et le triplé de Rodolphe Modin. Ironie de l'histoire, cette performance magistrale a été réalisée face aux funambules du Pacifique, réputés pour leur créativité et leur audace offensive. Dans un large sourire, Philippe Saint-André et Patrice Lagisquet peuvent, depuis, s'en donner à cœoeur joie question comparaison : « C'est notre Fidjien à nous », savourent, en chœur, le sélectionneur et l'entraîneur des trois-quarts du XV de France. En quatre-vingt minutes, spectateurs et téléspectateurs ont, de leurs côtés, pu se délecter des talents divers et variés de la dernière pépite bleue : réactivité et sens de l'opportunisme sur la passe au pied de Camille Lopez pour l'ouverture du score, sens du placement en bout de ligne sur son deuxième essai et flair de finisseur et qualités de sprinteur sur une énième relance de Scott Spedding pour conclure.

« Besoin d'un renouveau »

Patrice Lagisquet ne tarit pas d'éloges sur la prestation offensive de son nouvel ailier : « C'est du Teddy Thomas pur jus. Ce joueur a le sens inné du chasseur d'essais. Il sait se proposer à hauteur et attire les situations favorables. Mais il sait aussi les provoquer… » Le technicien avait déjà pris conscience du talent de ce jeune joueur aux jambes de feu et aux mains d'argent, lors d'une préparation d'été, quelques années auparavant. « Et je n'ai pas oublié que lorsqu'il a débuté à Biarritz, il avait marqué deux essais pour son premier match. » Douze ans après ses premières courses, l'ailier au look de surfeur, sa deuxième passion, n'a pas perdu de temps pour tenir ses promesses, en club comme en sélections jeunes. Le 4 avril 2013, à 19 ans, l'espoir signe, en neuf minutes, un doublé sur la pelouse de Gloucester, dans le cadre du Challenge Européen.

Ses deux premières saisons s'inscrivent dans la même dynamique avec onze essais inscrits en vingt-sept apparitions, toutes compétitions confondues. Mais la descente du Biarritz Olympique, au terme de l'exercice 2013-2014, change le cours de son histoire.

Après avoir hésité à continuer l'aventure au Pays basque, Teddy Thomas décide de rejoindre les rangs du Racing-Métro 92. Un vrai pari, osé et risqué. Un challenge à la fois personnel et sportif. « J'avais vraiment besoin de changer d'air, de commencer à voler de mes propres ailes en quittant mon cocon familial que j'avais à Biarritz pour pouvoir franchir un palier. J'avais vraiment besoin d'un renouveau. »

 

La défense, son nouveau défi

La chance sourit généralement aux audacieux. En un temps record, la recrue Ciel et Blanc convainc ses entraîneurs et se fraie un chemin au travers de la concurrence au Racing- Métro 92 des Marc Andreu, Juan Imhoff, Adrien Planté… Avec quatre essais en huit matchs de championnat, le spectaculaire ailier crève l'écran et reçoit une première convocation de la part du sélectionneur.

« J'ai été totalement surpris », déclare alors ce finisseur patenté. Surpris mais pas désarmé pour autant. Dès ses premiers entraînements à Marcoussis, Patrice Lagisquet salue l'enthousiasme et les qualités techniques de ce joueur d'instinct. « Franchement, je me suis régalé lors des stages. J'attendais qu'il confirme en match ce qu'il m'avait montré lors de nos séances » Son triplé marseillais vient récompenser son évolution, son travail et son potentiel.
 

Cette belle première cape reste une étape. Le meilleur reste à venir pour l'enfant d'Aguilera, brillant offensivement mais encore perfectible sans ballon. « Il a un énorme talent mais encore du boulot, souligne l'entraîneur des trois-quarts. Il fait des efforts en défense et s'est amélioré sous la houlette de Laurent Labit. Il faut qu'il en fasse encore d'autres. C'est vraiment un point sur lequel il doit progresser. Mais il en a conscience. »

« Les entraîneurs ont raison, je n'ai pas rendu une copie parfaite non plus, confirme l'intéressé. Je suis content mais il faut regarder aussi les côtés négatifs. Malheureusement, j'ai fauté sur un plaquage et ça a amené l'essai fidjien. À ce niveau, ce genre d'erreurs ne pardonne pas. Je sais que la route reste très longue. »

Il est en plus devenu perfectionniste. Décidément, l'avenir lui appartient.

 

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France