France moins 20 ans : Un adversaire comme les autres

Publié le 11/06/18

Quatre joueurs tricolores ont affronté les Baby Blacks l’an passé au même stade de la compétition.

Arthur Coville, Kilian Geraci, Hassane Kolingar et Ugo Boniface connaissent la musique ou plutôt le Haka pour les avoir défiés l’an passé en demi-finale du Championnat du monde. Une expérience qu’ils font profiter à l’ensemble du groupe dans la préparation, comme nous le confirme le capitaine des Bleus, Arthur Coville « avoir joué la Nouvelle Zélande sert énormément, ça enlève la pression d’une telle rencontre, on sait à quoi s’attendre, ce ne sera pas plus ni moins difficile que contre l’Afrique du Sud, en tout cas, notre préparation est similaire. » Même réflexion chez Kilian Geraci, « j’appréhende beaucoup moins cette demi-finale que celle de l’année dernière. J’aborde le match complètement différemment et c’est aussi ce que je fais passer comme message à mes coéquipiers. »

Quatre joueurs qui s’appuient notamment sur une deuxième période de feu l’an passé puisque les Tricolores avaient inscrit pas moins quatre essais en vingt minutes à des Baby-Blacks complètement dépassés par l’envie de jeu tricolore. Des images qui pèsent dans les esprits tricolores et notamment celui du capitaine, « quand on voit la deuxième période que l’on fait l’an passé, on sait très bien que nous avons le niveau pour faire mieux que rivaliser. »

Lucas Tauzin, auteur d’un essai parti des 22 mètres tricolores l’an passé face aux Néo-Zélandais, confirme la mentalité des Bleus depuis le début de saison, « on s’est construit autour de nous et pas de l’adversaire. C’est un lieu commun mais nous prenons les matches les uns après les autres sans nous soucier de l’adversaire. La Nouvelle Zélande, ce n’est pas forcément mieux ou moins bien que l’Angleterre ou l’Afrique du Sud. »

Des Springboks étouffés lors d’une première période d’anthologie qui reste graver dans les mémoires françaises à l’image de Kilian Geraci, « ce match nous a fait du bien mentalement et nous a confirmé dans nos certitudes de jeu. On va s’en servir forcément pour la Nouvelle-Zélande. »

On souhaite à Artur Coville et ses coéquipiers le même scénario que lors du dernier match de poule. Un résultat qui comblerait les 16 000 supporters tricolores attendus à Aimé Giral.

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France