Tableau noir : La réception aérienne

Publié le 26/05/17

Focus sur le rugby à 7 avec plusieurs axes de travail possible. Premier exemple avec les réceptions aériennes, consécutives notamment aux coups d’envoi et de renvoi, phase stratégique à 7.

Le secteur aérien présente le double aspect d’être tout aussi utile pour les quinzistes, confrontés à de multiples situations de jeu comparables. Etude réalisée à partir d’un entraînement du Pôle France féminin, renforcé par quelques potentiels à 7.

Analyse technique de Lionel Perrin, responsable du Pôle féminin, avec le concours de Yolaine Yengo (Stade Rennais) et Coralie Bertrand (Stade Toulousain).

La machine à lancer

PHOTO A : La machine à lancer simule différents types de coups de pied. Le ballon se trouve positionné sur la machine avant qu’une joueuse ne procède par elle-même au déclenchement par un geste de la main. Cette machine présente l’avantage d’enchaîner les frappes et donc les réceptions aériennes pour la joueuse à l’exercice, sous le regard de l’entraîneur qui peut se concentrer sur la technique de réception en se positionnant face à elle. La machine donne également la possibilité de travailler en autonomie pour ceux ou celles qui en bénéficient. Quant aux clubs qui n’en disposent pas, l’exercice peut se révéler utile pour les réceptionneurs comme pour les joueurs appelés à remplacer la machine afin de perfectionner leur jeu au pied.

Tableau noir

La réception aérienne

PHOTOS B-C-D : Dès le coup de pied tapé, la joueuse appelée à réceptionner le ballon se met en action, le regard fixé sur le ballon qu’elle ne quittera plus des yeux. Elle sera en permanence en mouvement afin d’adapter sa position, avançant en direction du ballon ou se déplaçant en pas chassés. L’exercice lui permet de travailler la lecture de la trajectoire du ballon, son objectif consistant à se positionner sous le ballon pour se préparer à la réception.

Tableau noir 1

PHOTOS E-F-G-H-I : Une fois que Coralie a bien identifié la trajectoire du ballon, elle commence à enclencher son saut, en prenant appui sur son pied droit, le gauche décollé du sol et les bras qui commencent à accompagner son action (photo E). A partir de ce premier appui fort jambe droite, la mission de Coralie consiste à positionner ses mains de manière adéquate en direction du ballon et à aller chercher le ballon le plus haut possible, c’est-à-dire bras tendus, le corps en extension à la verticale (photos F-G-H). La réception s’effectue les mains ouvertes, avec des pouces et des index qui se rapprochent, à défaut de se rejoindre, comme le fait un gardien de but de football pour arrêter un ballon (photo I). Et elle n’aura jamais quitté le ballon des yeux.

Tableau noir 2

PHOTOS J-K-L-M-N : Le ballon capté, le retour au sol s’opère sur la jambe d’appui, c’est à dire la droite (photos J-K). Coralie garde son autre jambe en hauteur par souci d’équilibre, mais également par volonté de préserver une zone de contact, à prévoir en cas de lutte aérienne avec un adversaire. Cette jambe lui permet ainsi de gêner un opposant susceptible de venir lui contester le gain du ballon (photo L). Le contact avec le sol s’effectue en douceur grâce au fléchissement sur ses appuis, avec des jambes qui finissent par se rejoindre (photo M). Le ballon est ensuite ramené le plus près possible du corps pour en assurer la conservation (photo N).

Tableau noir 3

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France